Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Affichage environnemental : l’avis du Centre d’analyse stratégique du Premier (...)

Affichage environnemental : l’avis du Centre d’analyse stratégique du Premier Ministre

Selon le Centre d’analyse stratégique du Premier Ministre, pour que l’affichage environnemental atteigne son but, il est notamment nécessaire d’ « annoncer dès aujourd’hui une obligation d’affichage environnemental sous forme d’étiquette sur les produits de consommation à échéance de trois à cinq ans ».

« Si les Français sont de plus en plus sensibles aux préoccupations écologiques et davantage demandeurs d’informations sur l’impact environnemental des produits (souhait exprimé par 66 % d’entre eux en 2011), seule une petite partie choisit systématiquement des produits respectueux de l’environnement et beaucoup éprouvent du mal à se repérer parmi les multiples labels en rayons. » C’est le Centre d’analyse stratégique du premier ministre qui parle. Il a publié en début d’année une note d’analyse sur l’affichage environnemental : « Pour un affichage environnemental obligatoire des produits de consommation ? » Cette note prend tout son sens aujourd’hui, le dossier devant être transmis au Parlement d’ici la fin juillet.

Veiller à ce que les produits les mieux notés ne soient pas assimilés à des produits plus onéreux

Pour le C.A.S., cet affichage « atteindra son but à la double condition d’être aisément identifiable et interprétable – en facilitant notamment les comparaisons dans une même gamme – et d’être crédible grâce à une certification par une autorité publique. L’ensemble des acteurs devra cependant veiller à ce que les produits les mieux notés sur le plan écologique ne soient pas automatiquement assimilés par les consommateurs à des produits plus onéreux », indique-t-il. Suite notamment à l’expérimentation déjà effectuée, il est possible selon le Centre, de dégager « trois orientations stratégiques pour que l’affichage environnemental soit efficace » :
- « Annoncer dès aujourd’hui une obligation d’affichage environnemental sous forme d’étiquette sur les produits de consommation à échéance de trois à cinq ans. Poursuivre entre-temps l’expérimentation engagée afin d’asseoir la notoriété et la crédibilité de l’étiquette, en ne retenant qu’un nombre restreint de formats différents de celle-ci ».

L’étiquette doit être assortie d’un logo officiel, pour renforcer sa crédibilité

- A l’issue de l’expérimentation, sur la base d’une concertation avec l’ensemble des acteurs, il convient de « donner à l’affichage environnemental une forme aisément identifiable et simple à interpréter par le consommateur, tant lors de l’acte d’achat en magasin qu’à domicile pour une information plus détaillée (site web, flashcode). À cette fin, l’étiquette doit être assortie d’un logo officiel, pour renforcer sa crédibilité », propose le CAS.
- Dès la deuxième phase de l’expérimentation, il faudra « accompagner l’affichage environnemental par des incitations innovantes, en mentionnant par exemple sur le ticket de caisse des produits achetés leur contenu en CO2 et leur impact sur la biodiversité », ajoute le Centre. Le CAS se pose également cette question : « L’affichage environnemental sur les produits de grande consommation peut aussi se trouver là où on ne l’attend pas : doit-il ou peut-il être le même sur des produits alimentaires (consommation courante), sur du mobilier (bien d’équipement) et sur une chambre d’hôtel (service) ? » Bonne question...



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales