Accueil > actualités reportages > La vie des hôtels > Affichage environnemental : le réseau Best Western se jette à l’eau

Affichage environnemental : le réseau Best Western se jette à l’eau

15 hôtels du réseau hôtelier devraient communiquer sur l’affichage environnemental d’ici la fin de l’année. Une démarche complémentaire à la logique de labellisation que promeut Best Western depuis plusieurs années. Et un vrai « changement d’esprit »

Avant même que l’affichage de l’étiquette environnementale ne devienne obligatoire à l’horizon 2015/2016, Best Western va inciter ses établissements à se lancer dans cette démarche. C’est le premier réseau hôtelier français à mener une telle démarche proactive auprès de l’ensemble de ses membres et à les accompagner. Pour Best Western, il s’agit d’analyser le comportement écologique des établissements, de rechercher les solutions les plus appropriées pour progresser et d’informer le client de la manière la plus claire possible. Cette démarche vient en « complément » de celle de l’éco-labellisation que mène la coopérative depuis 2010 : d’un côté, un organisme européen indépendant délivre une certification sur la base d’un audit réalisé dans l’établissement, et de l’autre ce dernier informe d’une manière simple et transparente ses clients, indique Best Western.

Trois Best Western étiquettés à ce jour

Selon Xavier Auriolle, responsable du Développement Durable du réseau, « il s’agit d’un changement d’état d’esprit et de mentalité. Best Western conduit ce changement avec ambition et conviction, car nous pensons qu’à notre niveau nous pouvons aussi favoriser un comportement plus responsable de la part de nos adhérents, tout en apportant une information transparente et compréhensible à leurs clients. Trois de nos hôtels sont d’ores et déjà étiquetés », souligne-t-il : Best Western Plus Hôtel de la Régate à Nantes
, Best Western Hôtel L’Orée, à Saulx Les Chartreux, et Best Western Hôtel Victor Hugo, dans le 126e arrondissement de Paris. « Notre objectif est d’atteindre 15 établissements d’ici la fin de l’année », ajoute le responsable DD.

Informer le consommateur sur l’impact d’une nuit passée à l’hôtel

Sur le modèle de ce qui existe déjà pour l’électroménager et le diagnostic thermique des logements, l’étiquette environnementale a été lancé lors du Grenelle 2 de l’Environnement. L’idée est d’informer le consommateur de l’impact sur l’environnement des différents produits qu’il s’apprête à acquérir et à le sensibiliser à la pertinence du Développement Durable. Appliquée aux services et notamment à l’industrie hôtelière, il s’agit d’informer le client de l’impact sur l’environnement que génère une nuit passée à l’hôtel avec petit déjeuner, pour une personne. Best western rappelle également que l’analyse prend en considération l’ensemble des dépenses énergétiques générées : chauffage de la chambre et des parties communes, eau chaude utilisée pour se laver, nettoyer les draps et les serviettes et préparer le café, l’électricité que consomme le four pour réchauffer les croissants du matin. De la même manière, la gestion et le tri des déchets fait l’objet de l’analyse. Tout comme l’utilisation de produits de nettoyage qui doivent être biodégradables. Par ailleurs, en s’approvisionnant en produits du terroir auprès de fournisseurs locaux, l’hôtelier réduit les coûts de transports.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com

Copyright hotelseconews.com Mentions légales