Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Généralités > Air ambiant : faites la chasse aux COV, formaldéhyde...

Air ambiant : faites la chasse aux COV, formaldéhyde...

Comment s’assurer de la qualité de l’air intérieur de son établissement alors que la législation avance vite en ce domaine, en particulier actuellement pour les collectivités recevant un public sensible : crèches, écoles maternelles...

Savez-vous que 80% des logements ont une teneur en formaldéhyde de 5 à 50 fois supérieure à celle de l’extérieur, que nous passons plus de 80% de notre temps, soit au minimum 20 heures par jour dans des endroits clos, qu’à l’intérieur de ces lieux, de nombreux polluants se sont développés, profitant de la plus grande isolation et du confinement dans lequel nous nous sommes installés, que certains polluants sont présents à des concentrations 10 fois supérieures à celles de l’air extérieur ? Selon une étude publiée par l’observatoire de la qualité de l’air intérieur et effectuée auprès de 1612 habitants de 74 villes, près de 10% des logements sont pollués par 3 à 8 composés chimiques présents à de très fortes concentrations. Le formaldéhyde est pour sa part présent dans tous les logements.

Composés organiques volatils et formaldéhyde

Les composés organiques volatils sont des substances chimiques qui se volatilisent à température ambiante. Ces produits peuvent se retrouver pendant des années dans les habitations, bureaux et les espaces collectifs. La dégradation des matériaux peut aggraver les manifestations physiologiques provoquées par ces substances. Le formaldéhyde est un gaz cancérogène, couramment utilisé pour la désinfection dans l’industrie et les hôpitaux. Dans les habitations, le formaldéhyde figure parmi les principaux polluants de l’air intérieur car il est présent dans des peintures, des colles pour moquettes, des matériaux contreplaqués, ou encore certains produits détergents. Dans votre hôtel, savez-vous où en est la situation de l’air ambiant ? Voici quelques conseils pour réduire les risques de pollution de l’air intérieur.

Aérer régulièrement

- Au minimum 30 minutes à toutes les saisons de l’année, hiver comme été

Entretenir le bâtiment

- Entretenir les appareils à combustion
- Nettoyer les grilles et les bouches d’aération une fois par an
- Ramoner les conduits de cheminées une fois par an.
- Boucher les trous présents dans le mobilier ou panneau mural isolant

Bien choisir les matériaux

- Préférer le bois naturel au bois aggloméré
- Utiliser des peintures à faible teneur en COV (Composés Organiques Volatils)
- Préférer les produits fabriqués avec des colles qui ne contiennent pas de formaldéhyde
- Eviter les peintures à base de formaldéhyde

Ethera : des capteurs nanoporeux pour étudier la qualité de l’air

Sachez également qu’il existe des diagnostics de la pollution chimique de l’air intérieur. C’est ce que propose par exemple la société Ethera qui développe une technologie de capteurs nanoporeux permettant d’étudier la qualité de l’air intérieur. Ces matériaux piègent et concentrent les polluants ciblés. Intégrant des réactifs spécifiques, les matériaux, initialement transparents, virent de couleur selon la concentration du polluant. Associés à des lecteurs optiques, ils deviennent des capteurs colorimétriques ultrasensibles. Enfin, il faut également savoir que, d’ici le 1er janvier 2015, les collectivités auront l’obligation légale d’avoir réalisée deux campagnes (été et hiver) d’évaluation de la qualité de l’air intérieur des établissements recevant un public sensible. Crèches, établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans, écoles maternelles …

Un kit de diagnostic

La Loi Grenelle 2 entend permettre aux collectivités de prévenir et de réduire les effets nocifs de la pollution de l’air sur la santé. Dans cette optique, Ethera a conçu une solution clé en main permettant de mesurer précisément la pollution de l’air intérieur de manière instantanée : le kit de diagnostic Profil’air® ERP. Il permet de réaliser facilement des diagnostics préventifs sur les polluants ciblés par le décret et, par exemple, anticiper les travaux de mise en conformité ou identifier les établissements à risque. On parle de la détection du formaldéhyde, du benzène, du CO2...



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales