Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Ameublement : les artisans se mobilisent contre l’éco-taxe

Ameublement : les artisans se mobilisent contre l’éco-taxe

Les artisans de l’ameublement jugent “non recevables pour leur activité” l’éco-taxe mise en place depuis ce mois de mai pour tout meuble vendu en France. Ils estiment qu’il n’ont pas à « payer les dégâts occasionnés par les industriels du meuble et les acteurs de la distribution, qui proposent du mobilier de mauvaise qualité, abandonné au bout de quelques années par ses propriétaires ».

L’écotaxe “ameublement” mise en place le 1er mai dernier a-t-elle été vraiment bien pensé ? En tout cas, elle n’a pas fini de faire des mécontents. Après la filière du réemploi qui s’est fait entendre par Dominique Munier, le directeur général de Troc Europe, ce sont les artisans de l’ameublement qui “se mobilisent” par le biais de l’UNAMA – Union nationale de l’artisanat des métiers de l’ameublement. « Nous fabriquons des pièces conçues pour traverser les époques et fabriquées dans le respect de la matière et de l’environnement. La durée de vie et d’usage de nos produits dépasse de loin celle des produits de production de masse ! Je ne comprends pas que nous soyons assujettis à cette taxe, qui ne nous concerne pas » explique un artisan.

L’objectif : obtenir une révision de la loi

L’UNAMA souligne que “l’artisanat n’a jamais été consulté” lors du processus d’élaboration de la loi et que deux enquêtes de terrain réalisées en 2012 sur les déchets de biens d’ameublement démontrent qu’“aucune présence d’objets caractéristiques des productions de l’artisanat n’a pu être constatée parmi les déchets examinés”. Autrement dit, ces déchets proviennent des industriels du meuble. « Nous n’avons pas à payer les dégâts occasionnés par les industriels du meuble et les acteurs de la distribution, qui proposent du mobilier de mauvaise qualité, abandonné au bout de quelques années par ses propriétaires. Qui a déjà vu un meuble fabriqué par un artisan de l’ameublement emmené par les encombrants ? Un cycliste n’a pas à payer la taxe pétrole ! Nous n’avons pas à payer cette écotaxe » s’insurge Patrick Kruse, directeur délégué de l’UNAMA. Interpelant les élus locaux, parlementaires et ministères et demandant le soutien des entreprises du secteur, les artisans en appellent mêmes “aux clients des entreprises du secteur de l’artisanat de l’ameublement et aux associations de défense des contribuables”. Leur objectif : obtenir une révision de la loi, leur permettant de s’engager à recycler eux-mêmes les déchets qui pourraient provenir de leur production. “S’il est d’ores et déjà possible de demander à être son propre collecteur, la démarche est particulièrement lourde et les moyens humains mis en place pour répondre à ces demandes insuffisants. Il en résulte que, malgré une apparente alternative laissée à la profession, elle reste, dans les faits, contrainte à payer cette taxe,” estime-ton à l’UNAMA.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales