Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Avant de jeter, pensez aux réseaux de l’occasion

Avant de jeter, pensez aux réseaux de l’occasion

Quand vous vous séparez de vos lits, de la literie, de chaises ou encore de tables, ce n’est pas forcément parce qu’ils sont hors d’usage. Outre les petites économies que cela peut facilement générer, se tourner vers le marché de l’occasion est également un bon moyen d’éviter des émissions de gaz à effet de serre par rapport à la destruction des objets et au recyclage industriel de la matière.

Et si quand vous renovez vos chambres, vos salons ou encore votre salle de petit déjeuner, vous pensiez aux circuits de ventes d’occasion plutôt que de laisser filer, lits, literie, tables, chaises, fauteuils, vers un destin qui ressemble le plus souvent à la déchetterie, donc la destruction ? En effet, le marché de l’occasion est un marché qui monte, selon Troc.com, dirigé par Dominique Munier. Selon le spécialiste, ce marché arrive en 2012 à 5,5 milliards d’euros, avec encore une grosse marge de progression. Son atout : il offre des objets à moindres coûts et il s’étoffe en plus d’une aura écologique depuis quelques temps. Selon une étude Xerfi, “le profil type de l’acheteur et/ou du vendeur de biens d’occasion a entre 25 et 49 ans, il a des revenus mensuels supérieurs à 3000 €, est plutôt diplômé et fait partie d’une famille nombreuse (4 personnes et plus). Il pratique plutôt l’achat que la vente d’occasion. La pratique de l’occasion n’est donc pas réservée aux ménages les plus modestes, bien au contraire.” Et d’ajouter : “Cette pratique s’est largement démocratisée et recouvre aujourd’hui la notion d’achat plaisir et de bons plans/achat malin...” Les magasins comme Troc.com ont d’ailleurs évolué avec “une modélisation de magasins permettant de mieux visualiser l’offre via des « shop in shop », des gammes de produits neufs ou des services d’enlèvement et de vide maison”. Moralité : aujourd’hui, le concept de Troc.com est avant tout basé sur l’achat malin, la qualité au prix le plus juste pour accompagner les consommateurs dans leur nouvelle manière de consommer.

Achat cash même pour les objets les plus volumineux

La revente de biens correspond également à une volonté d’obtenir au plus vite la valeur de son objet. Cet aspect connait un essor important via l’achat cash qui s’est développé dans ce genre de magasins, même pour les objets les plus volumineux. “Cela permet au vendeur de céder son bien rapidement et d’en obtenir le meilleur prix. Pour l’acheteur, cela le conforte dans l’expertise du magasin”, explique Troc.com

Internet : nécessaire mais pas suffisant

L’étude Xerfi souligne également qu’internet a permis au marché de l’occasion de bénéficier d’une meilleure visibilité en lui offrant un terrain de jeu beaucoup plus important que le seul niveau local. Par ailleurs, internet a aussi permis de comparer et de jauger les offres depuis chez soi pour acheter ou revendre un bien similaire. Pourtant, “si internet est un facilitateur incontestable dans l’acquisition et la revente d’occasion, il ne peut être appréhendé seul sur ce marché”, estiment les responsables. En effet, le marché de l’occasion est avant tout un marché qui n’est pas normé et qui est donc difficile à appréhender à distance. “Il s’agit d’un marché où la vue et le toucher sont primordiaux pour les acheteurs parce que cela leur permet d’estimer exactement la valeur du bien mais aussi parce que l’achat plaisir se trouve dans cette recherche et ce contact.”

De plus en plus de magasins

Ainsi, un réseau comme Troc.com développe-t-il en plus de son site internet ses magasins en France (120 actuellement) et en Europe. Le réseau, qui compte près de 120 magasins en France est aussi implanté dans 5 autres pays européens. Si le site internet est un succès avec 8,5 millions de visiteurs et 84 millions de pages vues en un an, les magasins ne sont pas en reste avec 25 millions de personnes qui en ont franchi les portes. Dominique Munier le constate régulièrement, la bonne réponse pour les consommateurs, c’est la complémentarité entre magasins physiques et boutiques en ligne.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales