Accueil > actualités reportages > Comprendre > Besançon nommée capitale de la biodiversité française

Besançon nommée capitale de la biodiversité française

Bonne nouvelle pour les hôteliers de la ville de Besançon dans le Doubs, qui a été nommée « capitale française de la biodiversité 2018 » par l’Agence française de la biodiversité. Le thème de l’année était « Conception et gestion écologique des espaces de nature ». Six autres collectivités ont été récompensées.

Besançon, préfecture du Doubs, a été nommée « Capitale française de la biodiversité 2018 » par l’AFB, la direction régionale Ile-de-France de l’AFB et Plante&Cité. Ce concours, lancé en mars dernier pour sa huitième édition, récompensait les collectivités locales les plus engagées et efficaces dans la « conception et la gestion écologique des espaces de nature ». Selon l’AFB, Besançon aborde « de manière pionnière les questions émergentes en matière d’écologie urbaine ». Il est souligné que « la ville a repensé la place des pollinisateurs sauvages ou la gestion des espèces exotiques envahissantes, tout autant qu’elle œuvre pour préserver des milieux et espèces protégées ou menacées, comme l’Apron du Rhône ou le Lynx ». La commune de Besançon gère 200 hectares de parcs et espaces verts urbains, « dont 12 sites labellisés EcoJardin », est-il indiqué. « Elle y développe notamment le semis et la plantation de végétaux locaux favorables à l’entomofaune, ainsi que des chantiers participatifs et un vaste programme d’animation et d’éducation à la nature pour les habitants et les scolaires », détaille l’AFB.

Quatre prix nationaux, un prix régional et un prix spécial

En plus de Besançon, six collectivités ont été récompensées : quatre au niveau national, une au niveau régional et une collectivité a reçu un prix spécial. Au titre national, Saint-Privat-de-Vallongue (Lozère) a reçu le prix de « meilleur village pour la biodiversité 2018 », pour sa transition vers le zéro pesticide et la gestion écologique. Ce village engage également « un travail de dépollution lumineuse (…) en lien avec la réserve de ciel étoilé des Cévennes », est-il précisé. Morne-à-l’eau (Guadeloupe), reçoit quant à elle le prix de « meilleure petite ville pour la biodiversité ». Cette commune a « largement investi dans la connaissance de la biodiversité locale (inventaires, suivis, participation à des travaux de recherche) », souligne l’AFB. La commune de Grande-Synthe (Nord) a été récompensée avec le titre de « meilleure ville moyenne pour la biodiversité », notamment pour ses actions de végétalisation et de gestion écologique. Enfin, la métropole Rouen Normandie (Seine-Maritime) se voit attribuer le prix de « meilleure intercommunalité pour la biodiversité », pour son travail en matière de préservation, gestion et restauration écologique.

Par ailleurs, la collectivité de Bonnelles (Yvelines) a été distinguée par le « Prix régional Ile-de-France », « pour sa politique de longue date de préservation de son patrimoine naturel dont la création de la Réserve naturelle régionale des Étangs de Bonnelles est emblématique », explique la direction Ile-de-France de l’AFB (ARB idF). Enfin, la collectivité de Saint-Rémy (Comté) s’est vue décerner un prix spécial, « coup de coeur », par le comité scientifique, « qui a apprécié la grande quantité d’actions mise en œuvre au regard de la taille de la commune ». A savoir : un atlas de la biodiversité communale, la création de plusieurs kilomètres de haies, de vergers conservatoires, ou encore l’aménagement d’un réseau de mares.



TOUS LES ECO-PROFESSIONNELS

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales