Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Booking.com est disposé à ne plus soumettre ses tarifs aux hôteliers

Booking.com est disposé à ne plus soumettre ses tarifs aux hôteliers

A la suite de négociations avec les Autorités de la concurrence française, italienne et suédoise, Booking.com a pris l’engagement de ne plus obliger les hôteliers à pratiquer les mêmes tarifs sur toutes les plateformes de réservation en ligne.

La plateforme de réservation hôtelière en ligne Booking.com s’est engagée à renoncer en partie à la clause de "parité tarifaire", qui obligeait les hôteliers à pratiquer les mêmes tarifs sur toutes les plateformes de réservation en ligne, a annoncé lundi l’Autorité de la concurrence. En revanche, la clause de parité tarifaire, continuera de s’appliquer vis-à-vis des sites de réservations des hôtels eux-mêmes, qui ne pourront donc toujours pas proposer à leurs clients des tarifs moins chers que sur les plateformes de réservation en ligne.

La France, l’Italie et la Suède avaient lancé, sous l’égide de la Commission européenne, une enquête sur les pratiques du géant de la réservation hôtelière en ligne. En France, l’Umih avaient ainsi déposé une plainte à l’Autorité de la concurrence en juillet 2013 qui visait Booking, mais également les deux autres leaders du secteur, les groupes Expedia et HRS. Dans leur viseur : les clauses dites "de parité" et de "disponibilité" figurant dans les contrats conclus entre les plateformes de réservation en ligne (OTA) et les hôtels.

Elles obligent les hôtels à proposer leurs chambres sur les OTA à un prix au moins aussi avantageux, et dans un nombre au moins égal, à celui proposé sur tous les autres canaux de distribution en ligne et hors ligne. A la suite de négociations avec les Autorités de la concurrence française, italienne et suédoise, Booking.com a pris l’engagement de ne plus obliger les hôteliers à pratiquer les mêmes tarifs sur toutes les plateformes de réservation en ligne.

Une concurrence désormais possible

Cet engagement de Booking.com fait l’objet d’un "test de marché" jusqu’au 31 janvier 2015, au cours duquel les hôteliers et les autres OTA des trois pays concernés pourront faire connaitre leurs commentaires. En cas de non-respect par Booking.com de cet engagement, une procédure contentieuse pouvant conduire à des sanctions financières pourrait être engagée. S’il est validé, l’engagement s’appliquera ensuite au niveau de l’ensemble des pays de l’UE.

L’Autorité de la concurrence française considère qu’avec cet engagement de Booking.com, "un verrou important est levé pour établir une vraie concurrence au bénéfice des hôteliers, et in fine du consommateur". En effet, les hôteliers pourront désormais mieux faire jouer la concurrence entre les différents sites, a-t-elle expliqué lundi lors d’un point presse. En pouvant fixer un tarif de nuitée moins cher sur un site plutôt qu’un autre, ils disposeront d’un pouvoir de négociation renforcé sur le montant des commissions que prélèvent les plateformes, estime-t-elle.

Cela devrait conduire à terme à une baisse du montant de ces commissions, actuellement située entre 10 et 20% du montant de la nuitée. Le consommateur pourra quant à lui davantage faire jouer la concurrence entre les différentes plateformes de réservation pour bénéficier de meilleures offres.

La Commission européenne a également estimé que cet engagement permettra l’émergence de nouvelles plateformes de réservation. De son côté, Booking.com a déclaré lundi être "convaincu que ces engagements auront des conséquences positives pour nos partenaires hébergeurs et les consommateurs, et que cela ouvrira la voie à une solution pour tout le secteur de la réservation en ligne à travers l’Europe."



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales