Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Généralités > CARBIOS découvre une enzyme capable de dévorer le plastique PET avec des (...)

CARBIOS découvre une enzyme capable de dévorer le plastique PET avec des performances record !

Succédant au PVC au début des années 90, le PET (polytéréphtalate d’éthylène), abrégé aussi en PETE, est le matériau le plus utilisé pour les bouteilles d’eau. Léger, solide et recyclable, il n’altère pas la pureté ni le goût des eaux. CARBIOS, start-up spécialisée dans la chimie verte fondée en 2011, annonce être parvenue à optimiser son procédé de recyclage enzymatique du PET. En divisant la durée de l’hydrolyse par trois, elle se dit prête à démarrer la phase d’industrialisation.

Un taux de conversion de 97 % en vingt-quatre heures : c’est le niveau de performance qu’avance CARBIOS pour son procédé de recyclage enzymatique du polyéthylène téréphtalate (PET). Cette réaction repose sur une enzyme que la jeune pousse a découverte et qui dégrade le PET en monomères d’origine, le PTA (acide téréphtalique) et le MEG (monoéthylène glycol). Ce succès résulte du travail d’optimisation de l’enzyme que CARBIOS a conduit avec le soutien des équipes de Toulouse White Biotechnology (TWB), en particulier du Laboratoire d’ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP), indique l’entreprise dans un communiqué. Une étude de modélisation moléculaire a en effet permis, grâce à l’analyse du lien entre la structure en 3D de l’enzyme et son efficacité, de proposer des cibles pour en améliorer les performances. Au final, la durée de l’hydrolyse a été divisée par trois et un taux de conversion du PET de 97 % a été atteint en vingt-quatre heures.  

Une première

 Grâce cette optimisation, les flux de déchets en PET traités sont significativement accrus, annonce CARBIOS. « Nous sommes les premiers au monde à atteindre un tel niveau de performance dans le recyclage biologique des plastiques en PET. Nos travaux constituent une avancée majeure qui permettra à toute l’industrie plastique d’engager une transition responsable vers un véritable modèle d’économie circulaire », commente Alain Marty, directeur scientifique de CARBIOS. « C’est sans conteste une étape clé qui conforte le potentiel économique de notre procédé de biorecyclage applicable à l’ensemble des plastiques en PET, qu’ils soient colorés, opaques ou complexes. Nous collaborons déjà avec TechnipFMC et d’autres partenaires industriels et académiques de premier plan pour conduire dès cette année la phase pilote de notre technologie », ajoute Jean-Claude Lumaret, directeur général de CARBIOS. Aussi, l’entreprise a décidé d’accélérer ses développements et d’engager la phase de démonstration industrielle en 2019. Une unité de 10 000 tonnes mettant en œuvre la technologie pourrait démarrer à l’horizon de la mi-2021. CARBIOS est une société de chimie verte dont les innovations répondent aux enjeux environnementaux et de développement durable auxquels sont confrontés les industriels. Depuis sa création en 2011, la Société a développé deux bioprocédés industriels dans le domaine de la biodégradation et du biorecyclage des polymères. Ces innovations, qui constituent une première mondiale, permettent d’optimiser les performances et le cycle de vie des plastiques et textiles en exploitant les propriétés d’enzymes hautement spécifiques

Recyclage du PET : de quoi parle-t-on ?

Pour rappel, les techniques actuelles de recyclage du PET sont loin d’être satisfaisantes. Le plastique est broyé puis fondu pour être retransformé en produit fini. Ce procédé à deux inconvénients. Il nécessite un tri préalable important car il ne faut, par exemple, pas mélanger plusieurs couleurs de plastiques.

Le PET recyclé de cette façon perd en outre de ses propriétés mécaniques et ne peut être utilisé qu’à 20 ou 25% dans la fabrication de nouvelles bouteilles. En revenant aux monomères de base, le recyclage enzymatique permet de fabriquer des produits 100% en PET recyclé. Et il ignore les mélanges de couleurs ou de différents types de plastiques. Une autre technologie dite par voie chimique est également en cours de développement par certains acteurs. Proche de la logique enzymatique, elle est à priori plus coûteuse en énergie.

Selon CARBIOS, le monde produit chaque année 15 millions de tonnes de bouteilles en PET et 43 millions de tonnes de ce plastique sont utilisées pour fabriquer des fibres textiles (polyester).



TOUS LES ECO-PROFESSIONNELS

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales