Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Généralités > Collecte des déchets alimentaires : bilan positif de l’opération à (...)

Collecte des déchets alimentaires : bilan positif de l’opération à Paris

C’est en février dernier que 80 restaurants parisiens se sont engagés dans l’expérience de la collecte et le recyclage de leurs bio-déchets. La fin de cette expérimentation est programmée pour le 30 novembre, mais c’est d’ores et déjà un succès, avec 584 tonnes de déchets alimentaires récoltés !

Cette collecte initiée par les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, avec à leurs côtés le Synhorcat, vise à favoriser l’économie circulaire. En cuisine, épluchures de légumes, marc de café, arêtes de poisson, os de viande, restes d’assiettes des clients, sont jetés dans des sacs en plastique transparents et recyclables, ce qui a permis aux professionnels de voir ainsi les pertes de déchets alimentaires. "Au début, nous souhaitions sensibiliser les restaurateurs au gaspillage alimentaire et au développement durable, explique Stephan Martinez, vice-président de la commission Développement durable au Synhorcat. Je crois sincèrement que nous avons ouvert les yeux d’un certain nombre de professionnels. Le processus est finalement assez simple. Du coup, tous les restaurateurs ont joué le jeu sans que cela leur pose des problèmes d’organisation dans leur travail".

Mode de fonctionnement

Dans la pratique, tous les restes alimentaires des cuisines de restaurants sont jetés dans des sacs transparents biodégradables puis rassemblés dans des bacs de collectes adaptés.Tous les jours de la semaine, sauf le dimanche, les cinq camions de collecte - circulant au méthane - récupèrent ces bio-déchets. Une pesée instantanée permet d’informer le restaurateur du poids de ses déchets. Ensuite, direction le centre de transit situé à Saint-Denis où sont rassemblés tous les détritus, qui sont alors acheminés vers une usine de méthanisation de l’entreprise Moulinot située à Étampes où se fait la transformation en énergie et en engrais.

Des perspectives d’avenir

Le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers, traiteurs qui est majoritaire dans la restauration traditionnelle de la capitale, a été épaulé financièrement par l’ADEME pour cette opération. Après le 30 novembre, les restaurateurs satisfaits de cette démarche et qui voudront la continuer, devront mettre la main à la poche. Un galop d’essai pour l’échéance de 2016, car un établissement qui servira 100 à 300 couverts par jour (soit la production de 10 tonnes de bio-déchets par an) sera considéré comme un gros producteur et devra ainsi assurer le tri des bio-déchets en vue de leur valorisation par méthanisation.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales