Devenir membre premium
Créer une fiche éco-professionnelle
Accueil > actualités reportages > Produits > Des champignons pour remplacer les emballages polystyrène

Des champignons pour remplacer les emballages polystyrène

Un mètre cube de mousse polystyrène utilise 1,5 litre de pétrole pour sa fabrication. Une bien meilleure alternative est d’utiliser un produit naturel. C’est ce que propose Ecovative, une entreprise new-yorkaise au travers un matériau produit à base d’un champignon semblable au polystyrène. Il a les mêmes propriétés que le polystyrène expansible (EPS), mais est entièrement dégradable et compostable.

Un substitut au plastique

Ce matériau innovant possède donc les mêmes propriétés que le polystyrène. Il peut être isolant, ignifuge, résistant à l’humidité, résistant à la vapeur, et peut absorber les chocs mécaniques et acoustiques. Il peut être utilisé pour les objets lourds, ou pour expédier des produits alimentaires et denrées périssables. Les propriétés du matériau telles que la densité, la résilience et l’aspect peuvent être modifiées. Il est fiable, facile à utiliser et se compare favorablement avec d’autres mousses moulées comme l’EPS.

Utiisation des déchets de l’agriculture locale

Pour arriver à ce résultat étonnant la société Ecovative exploite les rejets de l’agriculture locale, tels que les enveloppes de maïs ou les déchets de coton, puis les stérilise, y ajoute de l’eau et quelques nutriments et enfin, injecte le mycélium (partie végétative du champignon) dans le mélange obtenu. Cet assemblage est ensuite placé dans des moules ayant la forme du produit ou du conditionnement souhaité. Ces moules sont ensuite laissés dans l’obscurité pour incubation pendant quatre jours pour finaliser le processus.

Ce que nous appelons, dans le langage commun « champignon » (et que nous mangeons) n’est en réalité que le « sporophore », les organes reproducteurs. Le vrai « champignon » est se situe dans la partie souterraine, des sortes de « racines » enterrées dans le sol et que l’on nomme « mycélium ». Pour cette technique, on utilise ce mycélium qui pousse dans un substrat et se développe jusqu’à ressembler en tout point à du polystyrène. La mousse du champignon fait alors l’objet d’un traitement thermique qui met fin à la croissance du mycélium.

Un produit totalement bio-dégradable

Comme si cela n’était pas déjà très prometteur, le produit final peut en plus contribuer à l’écosystème local, car il est entièrement bio-dégradable, et en cas de bris il peut être utilisé comme paillis dans votre jardin, il permettra ainsi d’améliorer la rétention d’humidité du sol et d’ajouter des éléments nutritifs.

Outre la société Ecovative, une autre entreprise comme Eden Bayer a ainsi cofondé une société nommée MycoBond en reprenant également comme matériau de base le mycélium. Il faut dire que dans la nature, les champignons sont déjà les champions du recyclage. lls sont là depuis une éternité et aident à améliorer la qualité du sol. Ils produisent des enzymes qui « cassent » certaines substances pour les plantes que ces dernières ne peuvent produire.

Pour quels usages ?

On peut créer à partir de cela des produits de packaging qui sont 100 % biodégradables. Le coût de production ne représente qu’un dixième de celui nécessaire pour le polystyrène ! Imaginez recevoir un produit emballé dans ce matériau. Vous le prenez et le jetez dans votre jardin : cela fera une sorte d’engrais. Enfin, comme la production peut être rendue locale, elle limitera les coûts d’expédition et diminuera le bilan carbone. D’ailleurs le fabricant d’ordinateurs Dell ne s’y est pas trompé, il est l’un des premiers à avoir utilisé ce conditionnement en champignon d’Ecoactive pour ses produits. Nul doute que d’autres entreprises suivront ce chemin, ne serait-ce que pour associer leur image au développement durable.



ARTICLES CONNEXES

Une nouvelle technique écologique de brassage de la bière

Une nouvelle innovation industrielle promet de révolutionner l’industrie brassicole. Bien que les brasseries du monde entier récupèrent depuis presque vingt ans le CO2 issu du brassage pour d’autres usages industriels, ce processus reste très gourmand en énergie et en eau. La société danoise Union Engineering, a développé une solution ingénieuse de brassage bien plus respectueuse de l’environnement, appelée ECO2Brew.

Fair Rum Bélize : un rhum équitable

Ce rhum au goût unique est né de deux années de travail commun entre les autorités du commerce équitable et l’entreprise FAIR Spirits. Le sucre puis les molasses utilisés pour son élaboration proviennent de la coopérative BSCFA (Belize Sugar Cane Farmers Association), regroupant environ 6000 petits producteurs qui cultivent la canne à sucre issue de l’agriculture biologique et durable.

Un centre vinicole français améliore son efficacité énergétique

Le champagne Nicolas Feuillatte (CV-CNF) a annoncé récemment la poursuite de sa démarche en vue d’améliorer la performance énergétique du Centre Vinicole, via la signature d’un contrat d’électricité d’origine renouvelable avec EDF pour une deuxième période.

Vins bio : une montée en flèche

Dans notre pays, le désir de consommer des aliments sains, s’accompagne de l’envie, et du plaisir de boire des vins bio. En effet, le chiffre d’affaires du vin bio - qui représente 10% des ventes de produits alimentaires biologiques - a explosé de 65% sur les cinq dernières années, à 413 millions d’euros.

L’huile d’olive : vraiment bonne pour notre santé

L’huile d’olive est un élément clé du régime alimentaire méditerranéen et beaucoup la considèrent comme un produit naturel très sain. Pleine d’antioxydants, avec une teneur faible en acide gras saturés, les chercheurs ont déjà démontré que ce précieux liquide protège le coeur des maladies cardiovasculaires, neurodégénératives, ou contre certains cancers.

Pelforth lance une bière 100% bio et Made in France !

C’est l’année des innovations pour la marque de Heineken. Après le nouveau design de la bouteille en début d’année et une bière au jus de citron au printemps, la marque au pélican surprend à nouveau à l’automne en se positionnant sur le marché du bio avec Pelforth Petites Récoltes, fabriquée avec du malt d’orge 100% bio cultivé en France.

Brake s’engage a soutenir les filières de la pêche responsable françaises

Vingt ans après sa création, Brake reste fidèle à son ambition première : être le partenaire d’excellence des restaurateurs français en se fixant comme but aujourd’hui d’encourager par ses actions une restauration de qualité, respectueuse des hommes, de leur santé et de leur environnement, l’entreprise a décidé de privilégier les filières d’approvisionnement responsable.

Trophées Natexpo 2013 : les douze produits bio récompensés

Au cours de cette 5 ème édition des Trophées Natexpo 2013, 190 produits innovants concouraient pour obtenir un prix décerné dans quatre catégories distinctes, et attribué par des professionnels, des experts, et des journalistes.

Verbatim : la nouvelle technologie « Diamond Cut Optic »

Avec pour objectif d’améliorer les performances de ses solutions d’éclairage, Verbatim présente sa toute dernière gamme de spots LED haute performance, équipée d’une nouvelle technologie optique permettant un meilleur contrôle des rayonnements lumineux et de la chaleur.

La bio, l’avenir de l’huile d’olive française

La bio serait-il le seul avenir des producteurs d’huile d’olive français ? C’est du moins ce que pense l’interprofession. Réunie au Sitevi (le salon des filières vigne, fruits, légumes et oléiculture, à Montpellier) pour les 4e assises de l’oléiculture biologique.

Xanlite Pro : l’innovation en marche pour les LED

Pour satisfaire l’ensemble des besoins des professionnels, XanLite Pro propose une gamme de spots complète – à angle large et à angle focalisé. Parmi ces spots, une nouveauté qui permet de modifier la focale de l’éclairage de 25 à 55 degrés en tournant tout simplement une bague.

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com

S’abonner Copyright hotelseconews.com Mentions légales