Accueil > labels, certification R.S.E > Autres labels et normes > Evénementiel et tourisme d’affaire : l’enjeu du développement durable

Evénementiel et tourisme d’affaire : l’enjeu du développement durable

La norme britannique BS 8901, était la seule certification qui existait jusqu’ici en matière de développement durable appliquée à l’événementiel, et l’expérience des Jeux Olympiques de Londres en 2012, a permis la mise en place d’une norme internationale ISO 20121 par l’AFNOR (Association française de normalisation), déclinée de celle des anglo-saxons. L’objectif est donc d’intégrer à l’organisation d’événements les principes du développement durable.

Publiée en août 2012, l’arrivée de cette norme, permet à l’ensemble des professionnels de la filière de bénéficier d’un outil de valorisation permettant aux systèmes de management événementiels, d’inclure le développement durable au travers de solutions concrètes. Elle s’adresse aux organisateurs de rencontres sportives, concerts, séminaires, expositions, et à d’autres types de manifestations, quelles soient à destination des professionnels, ou du grand public, ainsi qu’aux prestataires de ces activités. Ce système de gestion des événements implique de repenser les méthodes de travail afin d’y intégrer des pratiques éco-responsables, et la durabilité devient alors une compétence managériale. La nouvelle norme comprend des exemples spécifiques portant sur tous les maillons de la chaîne logistique événementielle, qu’il s’agisse du choix du lieu, des procédures opérationnelles, de l’approvisionnement, de la communication, des transports…Cette norme s’applique à tous les types et tailles d’organisations impliquées dans la conception et la mise en œuvre d’événements et est adaptable à des situations géographiques, culturelles et sociales diverses.

Une pression des entreprises prescriptives

Si les acteurs français de l’évènementiel semblent de plus en plus concernés par ces problématiques, c’est aussi en partie en raison des appels d’offres qui incluent de plus en plus cette dimension environnementale. Pour ces entreprises, le développement durable est créateur de valeur. Au pire, un éco-évènement coûte le même prix, au mieux il est moins cher. Car si les achats alimentaires sont revus à la hausse dans le cas de produits bio ou locaux, en revanche, il existe de nombreux leviers d’économies, à l’instar de la consommation énergétique, entre autres. Le grand organisateur Comexposium d’évènements comme le Salon de l’Agriculture ou la Foire de Paris arrive à la même conclusion. L’organisation de 114 salons par an lui permet, avec la réutilisation de la moquette notamment, de faire globalement des économies. C’est la même chose pour les déchets. Donc le choix n’est pas seulement stratégique, mais aussi économique. Avec l’arrivée de la Norme ISO, on peut donc anticiper qu’une certification ISO 20121 pourra donc être exigée par certaines entreprises qui voudront s’assurer du caractère durable de leurs évènements.

Une agence précurseur

L’agence Green Evénements, la première agence française à s’être engagée dans cette voie proposait déjà des événements correspondants à cette norme. L’AFNOR a d’ailleurs demandé à Béatrice Eastham, la dirigeante de l’agence, de faire partie du Comité ISO (Organisation Internationale de Normalisation). Elle fait donc référence dans le domaine, puisqu’elle est au sein même de toutes les discussions.

www.greenevenements.com



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales