Accueil > actualités reportages > Initiatives > Jardins et espaces verts : les pesticides bientôt interdits

Jardins et espaces verts : les pesticides bientôt interdits

C’est une décision politique importante qui a été prise jeudi 23 janvier par le Parlement concernant les pesticides. Cette proposition de loi écologiste interdit en France les produits phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides, etc.) dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. 

Les pesticides sont montrés du doigt pour leur impact négatif sur la santé, notamment en ce qui concerne le développement de cancers, des maladies du sang, des troubles neurologiques etc… Ces produits sont des substances utilisées pour prévenir, contrôler ou éliminer des organismes jugés nuisibles, on parle aussi de produits phytosanitaires ou produits phytopharmaceutiques.

Les pesticides en France

D’après un recensement effectué, 309 molécules phytopharmaceutiques (herbicides, insecticides, fongicides, etc.) sont autorisées en 2012. Elles représentent chaque année un peu moins de 80 000 tonnes, utilisées principalement pour quatre cultures (céréales à paille, maïs, colza et vigne). L’exposition aux pesticides concerne ainsi en premier lieu les agriculteurs, les personnes impliquées dans la fabrication et le transport, mais aussi la population via "le contact de surfaces contaminées ou la consommation des eaux et denrées alimentaires."

Les Français adorent le jardinage

La loi votée exclut pour cette interdiction l’entretien des voies ferrées, des pistes d’aéroport ou des autoroutes, mais le texte interdit aux personnes privées ou publiques d’utiliser, à partir du 1er janvier 2020, les produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades "accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé" 89 % des Français disposent aujourd’hui d’un espace de jardinage (jardin, terrasse, balcon...) lié à leur habitation principale Le phénomène s’est également généralisé dans les villes avec le jardinage urbain. Cette loi implique 5 à 10 % des pesticides utilisés en France — le reste étant destiné à l’agriculture. Dès le 1er janvier 2022, "la mise sur le marché, la délivrance, l’utilisation et la détention des pesticides pour un usage non professionnel seront interdites."

L’abus de pesticides est dangereux

Un rapport inquiétant publié en juin 2013 confirme l’incidence des pesticides sur la santé. Cette étude pilotée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avançait une « présomption forte » de lien entre certains cancers ainsi que la maladie de Parkinson avec l’usage de pesticides chez les professionnels qui les manipulent. Selon l’étude, l’exposition des femmes enceintes — les agricultrices mais aussi les femmes qui utilisent les pesticides à des fins domestiques — augmente également le risque, pour l’enfant à naître, de tumeurs cérébrales, de leucémies, de troubles de la motricité fine ou de déficit cognitif. Mais au-delà du rôle de l’exposition aux pesticides à des niveaux élevés en milieu professionnel, ces résultats soulèvent la question des conséquences d’une exposition à plus faibles doses notamment chez les jardiniers du dimanche qui ne maîtrisent peut-être pas totalement leur utilisation et ne prennent pas les précautions nécessaires lors de leur manipulation. Cette loi aura le mérite de prévenir les risques sur la population en général.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales