Accueil > actualités reportages > Comprendre > L’hôtellerie française redresse la barre

L’hôtellerie française redresse la barre

Selon l’étude « L’Industrie hôtelière française en 2018 », menée par KPMG et dévoilée le 25 septembre 2018, l’année 2017 enregistre un rebond de la fréquentation hôtelière française, qui augure peut-être d’une année record pour 2018.

Après 2015 et 2016, qui resteront des années noires en terme de fréquentation touristique, les chiffres de 2017 sont très encourageants pour les hôteliers français, lqui a été marquée par un rebond significatif et généralisé, touchant toutes les régions et gammes d’hôtels (+ 4,9 % de nuitées dans les hôtels en 2017 par rapport à 2016 – source : INSEE). La progression est particulièrement prononcée pour les catégories « moyenne » et « haut de gamme » (avec des hausses de taux d’occupation respectives de 4,3 points et 4,6 points) ainsi que pour les hôtels de la région parisienne, qui avaient le plus souffert du contexte en 2016 (avec des augmentations comprises entre 3,5 points et 9,5 points).

Le secteur de l’hôtellerie se porte bien

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, la France reste en 2017 la 1ère destination touristique mondiale, devant les Etats-Unis et l’Espagne, accueillant près de 89 Millions de touristes étrangers. En dépit des épisodes de grèves qui ont affecté le début d’année 2018, le regain de fréquentation s’est poursuivi au 1er semestre cette année, et en particulier sur les catégories haut de gamme, notamment grâce à la demande accrue de la clientèle étrangère & affaires.

Ces bons résultats et les anticipations de croissance de la fréquentation touristique sur les prochaines années offrent des opportunités d’investissements pour tous les acteurs de la filière, consolidant l’attractivité de la destination France.

Un revenu par chambre disponible (RevPAR) en forte progression dans toutes les gammes, à l’exception de la catégorie 3 étoiles Hormis pour la catégorie 3 étoiles, pénalisée par la baisse de son prix moyen, les évolutions positives des taux d’occupation et des prix moyens ont engendré les variations significatives de RevPAR suivantes :

– Super-économique : + 6,8 %

– Economique : - 0,6 %

– Milieu de gamme : + 8,5 %

– 5 étoiles Standard : + 18,2 %

– 5 étoiles Supérieur : + 10,2 %

« A l’exception des hôtels les plus hauts de gamme, les établissements hôteliers ont retrouvé en 2017 des niveaux que l’on pouvait observer avant les attentats de 2015. Les nettes progressions de RevPAR constatées sur la première moitié de cette année, toutes gammes confondues, augurent également de bonnes perspectives pour l’hôtellerie française en 2018. » analyse Stéphane Botz, Associé KPMG, Tourisme Hôtellerie Loisirs.

Une hausse des performances commerciales

L’ensemble des gammes d’hôtels a enregistré des améliorations de leur GOPPAR en 2017. Les segments 1 et 2 étoiles présentent un Résultat Brut d’Exploitation (RBE) de 34 %, suivi par le segment 3 étoiles avec 32 % et le segment 4 étoiles avec 30 %. L’hôtellerie 5 étoiles affiche, elle, un RBE de 28 %, marqué par la présence de centres de profits souvent moins performants, tels que la restauration ou le Spa.

Palaces : amélioration des performances, toutes régions confondues

Après plusieurs années d’instabilité et à la suite des réouvertures successives de nombreux hôtels de luxe à Paris, les performances commerciales semblent repartir à la hausse pour l’ensemble du parc de Palaces français. Favorisés par le retour de la clientèle étrangère, les Palaces affichent un taux d’occupation qui a progressé de plus de 2 points en 2017, pour atteindre le chiffre de 58,3 %. Le taux d’occupation des établissements parisiens, augmentant dans la même proportion, s’établit à 55,8 %.

Le prix moyen n’a pas obtenu de tels résultats, avec une légère augmentation de 1 % en moyenne (à 910,7 € HT), cachant de fortes disparités selon les établissements (variations oscillant de -10 % à +10 % par rapport à 2016). Le RevPAR moyen des Palaces a ainsi enregistré une hausse de 5,5 % en 2017.

Favorisé par cette hausse de revenus, le RBE des Palaces s’améliore également, représentant en moyenne 19,3 % du chiffre d’affaires total des établissements en 2017. Ce ratio est plus important pour les hôtels de la Riviera (30,9 %) que pour les Palaces parisiens (16,0 %).



TOUS LES ECO-PROFESSIONNELS

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales