Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > La principale électricité renouvelable en France n’est pas celle qu’on croit (...)

La principale électricité renouvelable en France n’est pas celle qu’on croit !

Lorsqu’il est question d’électricité renouvelable, il est souvent fait spontanément référence à l’éolien et au photovoltaïque alors que l’hydroélectricité est de très loin la première énergie renouvelable productrice d’électricité. La filière photovoltaïque est en revanche le premier employeur dans le domaine des EnR électriques comme le rappelle l’observatoire des énergies renouvelables (Observ’ER).

Près d’un cinquième de la production électrique nationale

Si l’hydraulique est l’énergie renouvelable historiquement développée pour produire de l’électricité en France (73,9% en 2013), l’éolien a symbolisé durant les années 2000 le développement des EnR électriques. La puissance installée du parc éolien français était quasiment nulle en 2000 (48 MW) et a été multipliée par un facteur 100 durant la décennie. Depuis 2011, l’installation de nouvelles capacités est toutefois en fort recul. En 2013, les raccordements éoliens ont ainsi baissé de 32% par rapport à l’année précédente en termes de puissance.

Quant au solaire photovoltaïque il connait un ralentissement assez marqué, bien que le nombre d’installations raccordées continue d’augmenter (325 225 à fin mars 2014 selon les données ministérielles). L’infographie ci-dessous présente les chiffres clés des EnR électriques (puissance, production, données socio-économiques) en France.

Energie hydraulique : 10% de la production totale d’électricité

L’énergie hydraulique est l’énergie produite par le mouvement de l’eau. Tout comme l’énergie éolienne, cette énergie est qualifiée de cinétique. Parmi les énergies hydrauliques les plus communes, on trouve naturellement l’hydroélectricité qui permet de fournir du courant à partir d’un barrage. Le principe de l’énergie hydraulique est ancestral. Dès le IIème siècle, les moulins à eau ont été utilisés pour récupérer la force motrice du courant des rivières pour moudre du grain par exemple. Depuis cette époque, de l’eau a coulé sous les ponts, et les progrès technologiques ont démultiplié le rendement et la production hydraulique. Le principe est assez simple : un barrage provoque une retenue (aussi appelée lac artificiel) à partir de laquelle l’eau est canalisée vers le pied du barrage grâce à des conduites forcées. Le puissant courant ainsi créé actionne une turbine qui entraîne, à son tour, un alternateur grâce auquel l’énergie mécanique est transformée en énergie électrique.

Rappelons que les énergies renouvelables ne se cantonnent pas à la production d’électricité. D’autres filières sont dédiées à la production de chaleur (bois énergie, solaire thermique, etc.) ou à la production de carburants (biocarburants).

Et dans le monde ?

Au niveau mondial, l’énergie hydraulique occupe une place encore plus importante qu’en France dans la production d’électricité renouvelable (78% en 2012). Suivent l’éolien (11,4%) et la biomasse (6,9%), le solaire photovoltaïque n’arrivant qu’en 4e position (2,1%). Dans le monde, près de 6,5 millions de personnes travaillent dans le domaine des énergies renouvelables à fin 2013 (données IRENA pour les emplois directs et indirects). Près de 40% de ces emplois sont concentrés en Chine.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales