Accueil > Installations et fournitures > Cuisines > Le CO2 utilisé comme réfrigérant "propre"

Le CO2 utilisé comme réfrigérant "propre"

La production de froid est essentielle pour conserver les aliments. Les fluides réfrigérants utilisés ont un coût environnemental excessif (gaz à effet de serre, empreinte carbone élevée). Des installations commencent à utiliser une technologie d’avancée avec du CO2, gaz naturel à l’impact nul ou faible sur la couche d’ozone et l’effet de serre.

Utilisé au XIXème siècle, en particulier pour produire le froid utile à la conservation des poissons sur les navires de pêche, puis remplacé par les fluides fluorés, le CO2 fait valoir ses propriétés thermodynamiques et environnementales en réfrigération et se positionne désormais comme une alternative crédible aux fluide fluorés. Ainsi, il sert à respecter la chaîne du froid, à favoriser la préservation des aliments, et surtout à utiliser un fluide frigorigène ayant un impact nul sur la couche d’ozone et très faible sur l’effet de serre… L’enjeu de la production et du maintien d’une température inférieure comprise entre –18°C et 4°C est fondamental dans l’industrie agro-alimentaire et dans l’industrie de distribution alimentaire. À la fois plus écologique et plus économique, cette nouvelle technologie garantit le maintien de la chaîne du froid et la sécurité alimentaire. Respecter cette chaîne du froid suppose d’utiliser des fluides réfrigérants dans les systèmes de production du froid : congélateurs, réfrigérateurs. Cette production de froid concerne donc toute la chaîne agro-alimentaire de l’amont au point de vente.

Jusqu’à présent, les fluides chimiques les plus souvent utilisés sont des HFC (Hydrogéno-fluoro-carbones), des HCFC (Hydrochlorofluocarbones), et CFC (Chlorofluorocarbures) qui tous seraient à l’origine d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Les législations européennes successives tendent à les limiter, voire les éliminer en raison de leur lourd impact environnemental.

Des économies d’énergie en prime

Une solution alternative existe : l’utilisation de centrales CO2 transcritique qui est un composé naturellement présent dans l’atmosphère, qui à température et sous pression normale se présente comme un gaz incolore et inodore. S’il est amené au delà de sa température critique, soit 31,1°C (d’où son nom transcritique), il exprime des qualités frigorigènes.

Les bénéfices environnementaux des systèmes de réfrigération au CO2 sont conséquents :

• Une empreinte carbone très basse (le potentiel de réchauffement des CO2 est de 450 à 9000 fois plus faibles que celui de la famille des HFC à horizon 20 ans) ;

• Ininflammable, non corrosif, chimiquement neutre, non toxique et non dangereux ;

• Un rendement énergétique élevé et donc une moindre, consommation d’électricité (entre 10 % et 20 % d’économies d’énergie) ;

• Une diminution des rejets dans l’atmosphère avec des systèmes plus étanches.

Le CO2 transcritique apparait donc comme une voie d’avenir pour une production plus écologique du froid.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com

Copyright hotelseconews.com Mentions légales