Accueil > actualités reportages > Initiatives > Le PBS voudrait révolutionner l’emballage alimentaire

Le PBS voudrait révolutionner l’emballage alimentaire

Le projet SUCCIPACK de l’UE a proposé une solution technique pour éliminer progressivement les emballages fabriqués à partir de combustibles fossiles et les remplacer par des produits d’origine biologique. Ce nouvel emballage, biodégradable et recyclable, promet aussi une meilleure protection et une conservation plus longue des produits alimentaires.

Chaque année, un citoyen Européen génère approximativement 159 kg de déchets d’emballage, dont près de 40 % ne sont pas recyclés. À mesure que la population mondiale, et la taille du vortex de déchets dans l’océan Pacifique augmentent, un système d’emballage recyclable et biodégradable qui améliorerait la protection et la préservation du contenu serait une innovation bienvenue.

C’est dans ce contexte que 18 entreprises d’Europe se sont associées pour créer des matériaux d’emballages innovants à partir de polybutylène succinate (PBS). Le consortium a consacré deux ans à adapter les qualités du PBS, sa structure, la formulation appropriée, les voies de traitement et de recyclage, pour qu’il puisse être largement adopté par le secteur des emballages alimentaires. Et le tout en conservant un faible coût d’investissements.

Les enjeux sont considérables : le succès commercial du PBS donnerait à l’Europe un avantage concurrentiel sur les États-Unis et l’Asie et rapprocherait l’UE d’une économie circulaire. Le PBS peut apporter un emballage alimentaire de très bonne qualité, qui n’a rien à envier aux autres, notamment en termes de sécurité des aliments. L’amélioration de ses propriétés protectrices peut prolonger la durée de conservation des aliments. Ce produit est destiné à plusieurs fonctions, ainsi l’emballage de SUCCIPACK participe à la protection de l’environnement. Mais il est aussi biodégradable et peut être aisément recyclé.

Quels sont les avantages attendus du produit SUCCIPACK ?

Les emballages à base de PBS ont été testés avec des fromages, des légumes prêts à la consommation, de la viande et du poisson. En termes de conservation, ils sont au moins équivalents aux emballages classiques, et dans certains cas meilleurs. En continuant d’améliorer leurs propriétés de protection par exemple avec un revêtement antimicrobien (contre les gaz, vapeurs et odeurs), les produits alimentaires seront mieux protégés qu’avec les emballages actuels. Les matériaux d’emballage classiques sont fabriqués par injection, moulage, extrusion et thermoformage. Les fabricants n’ont donc pas besoin de changer de processus, et le passage au PBS ne requiert que des investissements très limités. Par conséquent, les PME peuvent produire aisément des emballages en PBS, à un coût concurrentiel. Au final, le seul changement est d’améliorer la protection et la durée de conservation des produits alimentaires et de réduire leur prix.

Quand ce matériau d’emballage sera t-il commercialisé ?

Il devrait être commercialisé dans les deux ans. Au début, le PBS utilisé pour la fabrication ne sera pas totalement d’origine biologique. Il contiendra aussi une partie de matériaux d’origine pétrochimique. Ensuite, la part biologique augmentera progressivement avec le développement de la capacité de production de PBS. en Europe.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales