Accueil > Installations et fournitures > Parties extérieures > Pergolas bioclimatiques d’aujourd’hui et de demain

Pergolas bioclimatiques d’aujourd’hui et de demain

Vivant du marché de la pergola bioclimatique depuis une quinzaine d’années, la société poitevine Solisystème installe également ces produits dans les hôtels. Des produits malins, qui, en plus de leurs fonctions de bien-être et les économies d’énergie qu’ils génèrent, récupèrent l’eau de pluie et ne nécessite aucun entretien.

Initialement installés dans des hôtels haut de gamme ou d’assez haut de gamme, les terrasses bioclimatiques se développent également dans les établissements moins huppés : c’est se confirment les constructeurs et installateurs, en particulier la société Solisystème qui depuis une quinzaine d’année, a fait des pergolas à lames orientables, son métier. Ayant développé son activité sur le marché des particuliers, cette société dirigée par Jean-Louis Castel multiplie également ses clients parmi les hôteliers, en particulier depuis quelques années, avec le développement du bioclimatisme, selon l’un des responsables.

Economies d’énergie et hausse de la surface utile de l’établissement

La force de ce procédé breveté tient pas sa simplicité de fonctionnement. Entièrement en aluminium, les lames, qui contiennent de l’air jouant un rôle d’isolant, sont glissées dans des gouttières. Ce sont ces dernières qui, selon un principe mécanique astucieux, se lèvent et se baissent, ouvrant par ce mouvement le système de lames. « Il n’y a pas de chaîne, pas de poulie et le système ne nécessite pas d’entretien », explique un technicien. Les lames sont orientables à 150°C et permettent à la fois de s’abriter de la pluie, qui peut être récupérée, et selon les conditions du moment, de se protéger des excès de chaleur, de se protéger des rayons lumineux (fonction brise-soleil) ou de les faire pénétrer dans l’espace de vie, de limiter l’effet de serre en ventilant le même espace (en position légèrement ouverte). Toutes ces caractéristiques ont à la fois pour conséquence de diminuer les dépenses liées aux énergies (chauffage, climatisation) et également d’augmenter de manière très sensible la surface d’accueil d’un établissement, donc son chiffre d’affaires. Ainsi, l’investissement (450 à 600 euros selon la surface à couvrir) peut être rapidement amorti. Ce que ne manqueront pas de calculer les établissements intéressés.

Bientôt une nouveau système de pergola nommé Arlequin

C’est le gérant de Solisystème, Jean-Louis Castel, technicien et dessinateur de formation, qui a mis au point ce système. « Je l’ai imaginé en construisant ma maison. J’ai trouvé le concept intéressant et j’ai donc déposé le brevet, indique-t-il. Aujourd’hui, Solisystème vit de ce produit, avec une vingtaine de salariés et son réseau d’installateurs. Bien sûr, avec l’intérêt croissant pour la question climatique, de nouveaux fabricants sont arrivés sur le marché. Alors, pour garder son avance, Jean-Louis Castel a imaginé un nouveau système où les lames sont remplacées par un système de plaques qui peuvent soit se mettre les unes à côté des autres pour fermer le toit, soit se superposer à la carte pour ajourer la couverture. Baptisé Arlequin, ce système doit en plus offrir de nouvelles possibilités en ce qui concerne la décoration des pergolas. « Son arrivée sur le marché est attendue pour le printemps prochain », indique Jean-Louis Castel.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales