Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Qu’est-ce que le marketing vert ?

Qu’est-ce que le marketing vert ?

Le marketing vert est fondé sur des arguments honnêtes et exigeants ainsi que sur la transparence, et ce, quel que soit le type de clients à qui il s’adresse : l’inconditionnel, le « vert à intensité variable » ou le déconnecté.

De nombreuses définitions et synonymes existent, tels que marketing écologique, environnemental, social, durable, écomarketing, etc. , mais le sens le plus exact se définit ainsi : le marketing vert consiste à vendre avec un argumentaire éthique des produits ayant une valeur ajoutée sociale ou environnementale puis à en faire la promotion pour augmenter les ventes et améliorer l’image de l’entreprise. Tous les secteurs d’activité se prêtent au marketing vert, et bien sûr le tourisme. Dans le cadre du marketing vert, il est parfois difficile de distinguer les objectifs purement marketing d’une véritable démarche citoyenne, dans ce cas on parlera de "greenwashing". Il apparaît qu’intégrer le développement durable dans la gestion de l’entreprise devient peu à peu indispensable. Il offre ainsi la possibilité d’évoluer vers des procédés qui permettent de prendre en compte les attentes environnementales et sociales des consommateurs, donc de vos clients.

Voici globalement trois types de consommateurs :

- Les inconditionnels, ils choisissent une destination de vacances qui a déjà intégré des pratiques responsables. Ils se disent prêts à payer plus cher pour leur séjour. Pour communiquer avec cette clientèle, il s’avère primordial d’éviter l’écoblanchiment , c’est-à-dire l’utilisation abusive, infondée, biaisée ou excessive du marketing vert.

Il importe également d’être transparent en tout temps. Les normes sont particulièrement élevées quand il s’agit de la durabilité, mais les efforts de transparence et d’honnêteté sont plus importants que la perfection pour assurer la fidélisation. Tenez-vous en aux faits véridiques et si vous le pouvez, quantifiez vos réalisations par des chiffres vérifiables.

- Les « verts à intensité variable ». Ces derniers possèdent une conscience environnementale, mais ne sont pas tout à fait prêts à effectuer des changements qui vont dans le sens de leurs convictions, ni à payer un surplus pour s’offrir une destination ou un produit verts. Ils le feront si on leur prouve qu’ils en tireront un bénéfice personnel ; sauver la planète ne constitue pas un incitatif assez percutant pour ce groupe de clients.

Il faut promouvoir à la fois les bénéfices écologiques et économiques de votre produit/destination tout en puisant dans des arguments d’ordre affectif plutôt que rationnels.

- Les déconnectés. Cette catégorie de population n’aspire qu’à une chose : « se débrancher » en oubliant la routine et les responsabilités. Ils ne sont pas particulièrement réceptifs aux efforts déployés pour sauver l’environnement, rien ne sert de les mettre en avant dans la communication ; plutôt leur faire valoir comment cela améliorera leur expérience.

Comprendre le comportement des clients et leur délivrer un message qui leur convient

- Le message environnemental : raconte la façon dont votre établissement respecte la nature, agit pour la restaurer et l’améliorer tout en compensant pour ses effets néfastes, passés et actuels, sur l’environnement.

- Le message axé sur le client : donne aux gens ce qu’ils veulent, ce qui inclut la responsabilité environnementale. Par exemple, au lieu de demander à ses clients de sauver la planète en économisant l’eau et l’énergie en réutilisant draps et serviettes, il faut mieux délivrer ce genre de message : "Nous savons que plusieurs d’entre vous sont soucieux de la protection de l’environnement, c’est pourquoi nous ne changeons pas tous les jours les draps sauf demande expresse de votre part".

Le choix des médias

  1. Les relations de presse jouent un rôle crucial dans l’établissement d’une communication environnementale réussie. Elles sont essentielles pour les hôteliers qui souhaitent faire part de leurs initiatives en matière d’environnement. Mais attention, les rédactions et les éditeurs de voyage sont bombardés de demandes qui se prétendent durables. Ils veulent savoir ce qui vous différencie et en quoi cela peut intéresser leurs lecteurs ? Une fois accrochés par votre histoire, leur impact peut être plus important que n’importe quelle certification. N’oubliez pas d’éditer l’article sur votre site Internet.
  2.  Le site Internet demeure un bon point de départ pour décrire vos pratiques mises en place, les politiques et les valeurs derrière elles dans une rubrique de votre site dédiée à la durabilité ou dans « À propos de nous ». Racontez votre histoire. Ajoutez-y quelques photos ou vidéos, des témoignages de clients et d’employés. Puis, tentez de véhiculer votre message à travers tout votre site de diverses manières, par exemple en identifiant des moyens de transport verts tels que les transports en commun, le train, ou le vélo ; des produits locaux sur le menu de votre restaurant ; en mettant l’accent sur la population locale, les attraits naturels, etc.
  3. Les médias sociaux en utilisant Facebook, Twitter, YouTube, peuvent vous servir à diffuser de l’information sur votre établissement ou un service durable que vous mettez en avant. Joignez-vous à une communauté qui parle de développement durable pour parler de votre expertise dans le domaine de la durabilité. Et n’oubliez pas de promouvoir votre présence sur les médias sociaux en ajoutant ces liens sur votre site Internet ou dans vos communications électroniques.
  4. Les brochures et les dépliants, mais quand on parle environnement, l’imprimé est banni… sauf si vous utilisez du papier recyclé, du papier en provenance de forêts bien gérées et surtout, si vous le laissez savoir à vos clients !


Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales