Voir le Menu
Accueil > actualités reportages > Initiatives > Slow Food salue une avancée importante concernant le vote du Parlement (...)

Slow Food salue une avancée importante concernant le vote du Parlement européen sur la stratégie de « la ferme à la table »

Le 19 octobre, le parlement européen a voté son rapport d’opinion sur la stratégie "de la ferme à la table", 452 des 699 membres du Parlement s’étant prononcé en faveur du rapport (170 contre, 76 abstentions). Ce vote annonce clairement la volonté du Parlement de s’engager en faveur de la transition vers des systèmes alimentaires durables. Bien qu’il n’ait pas de valeur législative, cette décision place l’avenir de la stratégie "de la ferme à la table" et du système alimentaire et agricole européen sur la bonne voie.

« Nous félicitons le Parlement d’avoir choisi d’écouter la science et les citoyens européens, et non les intérêts des entreprises. Nos décideurs européens font preuve d’un engagement fort en faveur de la transition vers des systèmes alimentaires équitables et durables qui protègent les citoyens et la planète. Etant donné l’urgence d’agir, il est maintenant temps d’embrayer sur des actions législatives concrètes », comment Madeleine Coste, Policy Officer à Slow Food Europe. « « Le fait que le Parlement européen reconnaisse la nécessité d’améliorer de manière significative les environnements alimentaires est un pas important dans la bonne direction. Il est grand temps que nous arrêtions de reprocher aux consommateurs de faire des choix alimentaires individuels malsains et non durables, et que nous prenions plutôt les mesures politiques nécessaires pour rendre les choix qui sont eux, sains et durables, les plus accessibles, abordables et agréables. » Il est important de noter que les membres du Parlement européen ont rejeté les propositions faites par l’agrobusiness pour affaiblir cette importante stratégie.

Le Parlement s’est prononcé en faveur :

  • Des objectifs ambitieux et contraignants fixés par la stratégie "de la ferme à la table" en matière de réduction du gaspillage alimentaire ; d’utilisation et de risques liés aux pesticides, aux engrais et aux antimicrobiens ; et d’adoption de l’agriculture biologique. Autant d’éléments essentiels pour amorcer le passage à l’agroécologie.
  • Du soutien et de la récompense aux agriculteurs qui utilisent des méthodes qui protègent la biodiversité, comme l’agroécologie.
  • De l’adoption d’une approche systémique et factuelle, afin de faciliter la création « d’environnements alimentaires » sains, durables et équitables au lieu de s’appuyer uniquement sur l’engagement volontaire des entreprises et la responsabilité individuelle des consommateurs pour modifier les systèmes alimentaires.
  • De la nécessité de modifier nos systèmes actuels de production et de consommation alimentaires afin d’empêcher la propagation de futures zoonoses, et en faveur de la suppression progressive de l’utilisation des cages dans l’élevage des animaux.

"Cela correspond exactement aux demandes de Slow Food, qui n’ont malheureusement pas été prises en compte dans les récentes négociations de la Politique Agricole Commune (PAC)", poursuit Coste. "Nous espérons que ce vote fera souffler un vent de changement dans la discussion sur la PAC". Le vote s’est tenu dans un contexte de fortes pressions exercées pour diluer le rapport, et d’efforts coordonnés, que nous avons fermement condamnés, de de la part de certains lobbies agroalimentaires industriels afin de discréditer, retarder et fragiliser la stratégie "de la ferme à la table". Un sujet a particulièrement mobilisé leurs efforts : l’objectif de réduction drastique de l’utilisation et des risques associés aux pesticides. Il semble que la (quasi) majorité des membres du Parlement aient pris note des appels répétés des citoyens en faveur d’une agriculture plus verte et plus équitable, et aient voté en faveur d’un objectif contraignant de 50% de réduction de l’utilisation et des risques associés aux pesticides d’ici 2030. Les citoyens européens se mobilisent de plus en plus pour une alimentation bonne, propre et équitable. En septembre dernier, plus d’un million de citoyens ont exprimé leur soutien à l’initiative citoyenne européenne "Sauvons les abeilles et les agriculteurs", qui appelle à l’abandon progressif de l’utilisation des pesticides de synthèse et à un soutien accru aux agriculteurs afin qu’ils opèrent une transition vers l’agroécologie. Un an plus tôt, 1,4 million de citoyens ont réclamé l’arrêt de l’utilisation des cages pour les animaux d’élevage dans le cadre de l’initiative citoyenne européenne "End the Cage Age" ! Les décideurs politiques européens et nationaux ont entendu leurs appels et doivent maintenant avancer rapidement pour donner vie à la stratégie européenne "de la ferme à la table".

La semaine dernière, les organisations membres de la EU Food Policy Coalition ont lancé un appel à l’action à l’Union Européenne afin qu’elle encourage la création d’"environnements alimentaires favorables" permettant aux choix alimentaires sains et durables de devenir les choix les plus accessibles et désirables. La coalition invite vivement à s’écarter de la vision à long terme axée uniquement sur la promotion des "choix responsables des consommateurs" et de reconnaître enfin la responsabilité du secteur de transformation des aliments, des détaillants et des sociétés de services alimentaires dans la création d’environnements alimentaires qui influencent les choix des consommateurs.

En avril 2021, Slow Food, ainsi que 24 organisations de la EU Food Policy Coalition, ont défini 10 priorités pour le rapport du Parlement européen sur la stratégie "de la ferme à la table", parmi lesquelles figurent l’approbation des objectifs "de la ferme à la table", la reconnaissance de la nécessité d’améliorer les environnements alimentaires qui aident les citoyens à faire des choix alimentaires sains, éthiques et durables, ainsi qu’une approche en matière d’innovation fondée sur le principe de précaution et l’accent sur des solutions holistiques, telles que l’agroécologie. Slow Food se félicite que le rapport du Parlement va dans le sens général de ces 10 priorité. Le rapport envoie un signal fort qui témoigne de son engagement à protéger l’environnement en encourageant le développement de pratiques agroécologiques dans toute l’UE, en soutenant les petits producteurs alimentaires – les gardiens de la biodiversité, et en donnant un meilleur accès à une alimentation saine et durable aux citoyens européens.

Pour plus d’informations : https://www.slowfood.com/wp-content...



Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales