Accueil > Installations et fournitures > Parties extérieures > Toiture verte : un choix efficace et écologique

Toiture verte : un choix efficace et écologique

Surnommé aussi écotoit, l’installation d’une toiture verte augmente la biodiversité et les surfaces végétalisées permettent ainsi la rétention de l’eau, grâce à l’implantation de divers végétaux à croissance lente, jusqu’aux véritables jardins. De plus, elle apporte une excellente isolation acoustique et de nombreux avantages thermiques.

Le concept du toit végétalisé consiste à recouvrir un toit plat ou avec une légère pente (jusqu’à 35°) d’un substrat planté de végétaux. C’est ce support de culture qui va assurer la pousse de ces derniers. Plus la déclivité du toit est importante et plus la technique d’installation sera contraignante.
- On distingue ainsi trois types de toiture verte :

1- Les toitures vertes extensives qui ne nécessitent aucune modification de la structure du bâtiment, dont la mise en place reste assez simple en privilégiant des plantes à enracinement superficiel qui ne nécessitent pas beaucoup d’eau. L’avantage de cette végétalisation est qu’elle demande peu d’entretien. Ainsi, en général, on ne fertilise et on n’arrose plus les plantes lorsqu’elles sont bien établies. Après la première année, l’entretien se résume à deux visites annuelles pour le désherbage des espèces envahissantes et des inspections de sécurité de la membrane.

2- Les toitures vertes intensives simples ou toitures jardin "légères" sont généralement composées de petits arbustes, de plantes vivaces et/ou de gazon.

3- Les toitures vertes intensives élaborées de type jardins suspendus seront aménagées d’une manière ludique avec des endroits destinés à la détente privé avec création de petites allées, terrasses, petits bassins et mobilier de jardin nécessiteront dans ce cas un toit adapté ainsi qu’un éventuel renforcement de la structure du bâtiment. La réalisation se fera sur toiture plate ou supportant une pente de 15 degrés maximum. Toutefois, les toitures vertes extensives, plates ou inclinées et toitures vertes intensives peuvent être associées ensemble.

La mise en place d’une toiture verte, privilégie le choix durable

La toiture verte à un effet régulateur sur les variations de température qui peuvent s’avérer très importantes, ainsi un toit « nu » peut monter en été jusqu’à 50-60 degrés alors qu’elle ne sera que de 25 à 28 degrés avec une toiture verte intensive. Plus l’épaisseur du substrat sera importante et plus la température diminuera. Elle offre également une bonne inertie et un fort pouvoir isolant notamment contre le soleil. L’apport d’une végétalisation génère ainsi une économie de 20 % à 30 % sur l’exploitation de la climatisation du niveau situé sous la toiture, selon le rapport du LEPTIAB de La Rochelle et du CRITT Horticole (Association Régionale de Recherche et de Développement horticole). Les toitures vertes intensives notamment, peuvent abriter un grand nombre d’espèces végétales et animales.

L’eau qui tombe sur les zones urbaines en provenance des toits (40 à 50%) finissent dans les égouts. Ainsi une toiture verte agit comme un tampon entre les intempéries et le système d’évacuation, car une bonne partie des eaux (30 à 50%) est absorbée par les végétaux, par le substrat et par la couche drainante, permettant de réduire le ruissellement vers les égouts. Une partie de l’eau est restituée dans l’atmosphère, et la dépollution de l’eau de pluie, aide à réduire son acidité grâce aux sels minéraux présents dans le substrat, et enfin, une autre partie de l’eau est récupérée grâce au dispositif d’écoulement et de rétention, qui permettra de la restituer en cas de sécheresse. Le surplus des eaux de drainage peut être capté pour une autre utilisation, comme l’arrosage des jardins.

Les divers végétaux font office de filtre en absorbant les particules en suspension et améliorent la qualité de l’air, la pluie les dirigera ensuite vers le substrat. Ainsi grâce à la photosynthèse, les plantes des écotoits contribueront à réduire la quantité de CO2 dans l’atmosphère. Le pouvoir absorbant du substrat et du couvert végétal des toitures vertes ne réfléchissent que très peu les rayons solaires (contrairement aux revêtements des toitures conventionnelles) et régulent la température de l’air ambiant. Elles contribuent ainsi à réduire l’effet d’îlot thermique qui engendre des températures nocturnes plus élevées, une hygrométrie de l’air plus faible, ainsi qu’une pollution atmosphérique croissante. Le bruit sera aussi diminué grâce aux différentes couches de la toiture verte qui atténuent les différents sons d’impacts des intempéries (pluie, grêle) ainsi que les bruits ambiants (circulation).

Enfin, pour les établissements hôteliers, on peut se poser la question de la sécurité incendie des toitures vertes qui reste difficile à évaluer, mais devra être présente à l’esprit pour ces lieux accueillant du public. Lors de la mise en oeuvre, l’épaisseur du substrat sera à prendre en compte, ainsi que le type de végétation à planter. S’il y a aménagement de zones de détente il faut penser à un choix de matériaux inertes, non organiques ( sable, gravier, dalles en pierre etc...) ainsi qu’une composition de substrat en éléments incombustibles.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales