Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > Une campagne mondiale pour réduire les 1,3 milliards de tonnes de nourriture (...)

Une campagne mondiale pour réduire les 1,3 milliards de tonnes de nourriture gaspillée chaque année... les hôtels restaurants sollicités

La FAO et le PNUE ont lancé une campagne mondiale contre le gaspillage alimentaire. Elles appellent par exemple les restaurants, les bars et les hôtels à limiter les choix de menu et introduire des portions pouvant être adaptées à chaque client, à procéder à la vérification des déchets ou encore à créer des programmes d’engagement du personnel, à augmenter les dons en nourriture.

<

A travers le monde, environ un tiers de la nourriture produite, d’une valeur d’environ 1 trillion de dollars (1,3 milliard de tonne de nourriture), est perdue ou gaspillée dans les systèmes de production et de consommation alimentaire selon les données publiées par la FAO. La perte de nourriture se produit surtout dans les phases de production c’est-à-dire : à la récolte, à la transformation et à la distribution - alors que le gaspillage alimentaire se déroule généralement au niveau du distributeur alimentaire et du consommateur, à la fin de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

le système agro-alimentaire c’est près de 30 pour cent de l’énergie disponible

Le gaspillage a en plus de profondes répercussions sur l’environnement. La production d’aliments en quantités plus élevées que ce qui est effectivement consommé exacerbe de multiples pressions : plus de 20 pour cent de toutes les terres cultivées, 30 pour cent des forêts et 10 pour cent des prairies sont en cours de dégradation. Globalement 9 pour cent des ressources d’eau douce disparaissent, 70 pour cent de cette perte est causée par l’agriculture irriguée. L’agriculture et les changements d’utilisation des terres comme la déforestation contribuent pour plus de 30 pour cent à l’ensemble des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Globalement, en tant qu’utilisateur final, le système agro-alimentaire c’est près de 30 pour cent de l’énergie disponible. La surpêche accompagnée d’une mauvaise gestion contribue à la chute de la quantité de poissons, quelque 30 pour cent des réserves de poissons marins étant actuellement surexploités.

Des gaspillages qui seraient suffisants pour nourrir les populations affamées

« Dans les régions industrialisées, près de la moitié de la totalité de la nourriture gaspillée, soit environ 300 millions de tonnes par an, est liée au rejet d’aliments encore propres à la consommation effectué par les producteurs, les distributeurs alimentaires ainsi que les consommateurs », selon M. José Graziano Da Silva, Directeur Général de la FAO. « Cela représente une quantité plus importante que la totalité nette de nourriture produite en Afrique sub-saharienne, qui serait suffisante pour nourrir les 870 millions de personnes affamées dans le monde ».

« Pensez. Mangez. Préservez - Dites NON au gaspillage alimentaire ! »

Afin de réduite une telle quantité et de contribuer ainsi à façonner un avenir plus durable, le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et d’autres partenaires (WRAP, programme d’action sur les ressources et les déchets, Feeding...) organisent cette année une campagne mondiale de sensibilisation : « Think.Eat.Save. Reduce Your Foodprint », c’est-à-dire en français « Pensez. Mangez. Préservez - Dites NON au gaspillage alimentaire ! ». Ciblant spécifiquement la nourriture gaspillée par les consommateurs, les distributeurs alimentaires et l’industrie hôtelière, cette opération appuie l’initiative Save Food « conservons les aliments » qui a pour but de réduire le gaspillage et la perte alimentaire le long de l’ensemble de la chaine de production et de consommation. eurs

On conseille ainsi aux restaurants, bars et hôtels de limiter les choix de menu et introduire des portions pouvant être adaptées à chaque client, procéder à la vérification des déchets et créer des programmes d’engagement du personnel. On pourrait également revoir les normes pour les restes de repas à emporter et augmenter également les dons en nourriture. Les hôteliers sont également incités à utiliser le site internet de la campagne pour s’engager à mesurer la quantité de nourriture qu’ils jettent et mettre en place des objectifs pour réduire ces déchets : www.thinkeatsave.org. D’après une étude du WRAP, une famille moyenne au Royaume-Uni pourrait économiser £ 680 par an (US $ 1.090) et le secteur de l’hôtellerie au Royaume-Uni pourrait économiser £ 724 millions (US $ 1,2 milliards d’euros) par an en limitant les déchets alimentaires.« Au Royaume-Uni, nous avons démontré comment le fait de régler le problème du gaspillage alimentaire à travers l’engagement et l’établissement de convention collective avec les distributeurs alimentaires et les marques, pouvait réduire les pressions environnementales et contribuer à la croissance économique", selon le Dr Liz Goodwin, directrice Générale de WRAP. « Avec une population croissante, encore plus de pression va être exercée sur les ressources, et nous sommes ravis d’être partenaire du PNUE et de la FAO dans la campagne « Pensez. Mangez. Préservez », qui représente un bon début pour régler les problèmes liés au gaspillage alimentaire à grande échelle.

Le rôle des distributeurs

Toujours selon la campagne de sensibilisation, “les distributeurs peuvent de leur côté notamment mettre en place des audits en matière de déchets et conduire des analyses sur les pertes alimentaires dans des domaines où les déchets sont importants. Ils peuvent également collaborer avec leurs fournisseurs pour réduire les déchets, offrir des réductions pour les articles proches de la date d’expiration, standardiser l’étiquetage, augmenter les dons de nourriture.

Bons conseils pour les consommateurs

Les consommateurs sont bien sûr également visés. Voici les démarches que leur conseille la campagne :« Acheter intelligent : Planifiez vos repas, utilisez une liste des courses, évitez les achats impulsifs et ne succombez pas aux incitations commerciales qui vous amène à acheter plus de nourriture que nécessaire. Acheter de drôles de fruits : de nombreux fruits et légumes sont jetés en raison de leur taille, de leur forme ou de leur couleur jugées non adéquates. Acheter ces fruits qui sont parfaitement comestibles, au marché ou ailleurs, permet d’éviter qu’ils soient jetés.Comprendre les dates d’expiration : les dates indiquées « de préférence avant » représentent généralement des suggestions indiquant le pic de qualité du produit. La plupart des aliments peuvent sans danger être consommés après ces dates. La date importante est « à consommer avant » - consommer les aliments avant cette date ou vérifier si vous pouvez les congeler. Profitez de tout ce que vous avez dans votre réfrigérateur : des sites Internet tels que le site de WRAP www.lovefoodhatewaste.com fournissent aux consommateurs des recettes créatives leur permettant de consommer les aliments qui pourraient être avariés à court terme.D’autres actions incluent : la congélation d’aliments, demander de plus petites portions aux restaurants, consommer les restes - qu’ils soient cuisinés à la maison, au restaurant ou à emporter - composter les aliments et distribuer la nourriture aux banques alimentaires locales, aux soupes populaires, dans des garde-mangers ou dans des foyers. »

Transformer "la façon dont nous produisons et consommons"

L’objectif de Pensez, Mangez, Préservez » est également d’accélérer l’action et les nombreuses et diverses initiatives actuellement en cours dans le monde. « Dans un monde de sept milliards de personnes, gaspiller de la nourriture est un non-sens d’un point de vue économique, environnemental et éthique » selon Achim Steiner, Secrétaire Général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, « En plus des répercussions sur les coûts, les terres, l’eau, les engrais ainsi que la force de travail nécessaires à la croissance des aliments sont gâchés ? sans parler des émissions de gaz à effet de serre produites par la nourriture en décomposition sur les sites d’enfouissement et par le transport des déchets de nourriture » a-t-il ajoute-t-il. « Pour parvenir à la vision d’un monde véritablement durable, nous avons besoin d’une transformation dans la façon dont nous produisons et consommons nos ressources naturelles ». Pour Graziano da Silva à la FAO, « si nous pouvons aider les producteurs à réduire les pertes grâce à de meilleures méthodes de récolte, de transformation, de stockage, de transport et de commercialisation des aliments, en combinaison avec des changements profonds et durables des pratiques de consommation de nourriture, alors nous pourrons avoir un monde plus sain et libéré de la faim ».

95 pour cent de la perte d’aliments et du gaspillage alimentaire des pays en développement sont des pertes accidentelles

Une partie de l’élément déclencheur de la campagne est le résultat du Sommet Rio +20 en juin 2012. Au cours de ce Sommet, les chefs d’Etat et de gouvernement ont donné leur feu vert pour la mise en place d’un cadre décennal de programmes sur les modes de consommation et de production durables. « Il n’y a sans doute aucun domaine aussi emblématique en matière d’opportunités pour un monde largement plus durable et efficace dans la gestion des ressources - et il n’existe pas d’autre secteur qui puisse unir dans une cause commune les consommateurs et producteurs du Nord et du Sud » d’après Achim Steiner. Selon la FAO, environ 95 pour cent de la perte d’aliments et du gaspillage alimentaire des pays en développement sont des pertes accidentelles qui interviennent dans les premiers stades de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. La raison de ces pertes est relative aux restrictions financières et managériales des techniques de récoltes, aux méthodes de refroidissement et de conservation dans des conditions climatiques difficiles, aux infrastructures et aux systèmes d’emballage et de commercialisation.

Europe : réduire de moitié les déchets alimentaires comestibles et éliminer l’enfouissement des déchets d’ici à 2020

Cependant, dans le monde développé, la fin de la chaîne alimentaire est beaucoup plus significative. Au niveau de la fabrication et de la vente, d’importantes quantités de nourriture sont gaspillées en raison de pratiques inefficaces, de normes de qualité mettant un accent important sur l’apparence, de confusion sur les dates de péremption qui incitent les consommateurs à jeter de la nourriture encore comestible en raison de la surconsommation, de conditions de conservation inappropriées et de repas préparés en trop grande quantité. La quantité de déchets par habitant en Europe et en Amérique du Nord / Océanie est comprise entre 95 et 115 kg par an, tandis que les consommateurs en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud-Est ne jettent que 6 à 11 kg par an. « Au niveau de l’UE, nous nous sommes fixés comme objectif de réduire de moitié les déchets alimentaires comestibles et d’éliminer l’enfouissement des déchets d’ici à 2020 ; la Commission a l’intention de présenter ses idées l’année prochaine sur la durabilité du système alimentaire, en mettant l’accent sur les déchets alimentaires, » selon Janez Potočnik, Commissaire européen en charge de l’environnement. « Une diminution des déchets alimentaires conduirait à une utilisation plus efficace des terres, une meilleure gestion des ressources en eau, une utilisation plus durable du phosphore, et cela aurait des répercussions positives sur le changement climatique. Notre travail s’inscrit parfaitement dans le lancement de cette initiative », a-t-il ajouté.

France : un plan pour "diminuer de moitié le gaspillage alimentaire d’ici à 2025"

Sur la même lancée, Guillaume Garot, Ministre français de l’agroalimentaire, qui doit lancer un programme en juin, déclare : « Nous avons fixé à la France l’objectif de diminuer de moitié le gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Dès à présent, nous mobilisons l’ensemble de la chaîne alimentaire, depuis les producteurs et les industriels jusqu’aux consommateurs, en passant par la distribution, pour cette action essentielle. C’est pourquoi je me félicite de cette initiative du PNUE et de la FAO, qui permettra une mobilisation internationale qui sera d’autant plus efficace que nous travaillerons désormais ensemble. Lutter contre le gaspillage alimentaire à l’échelle du monde, c’est un véritable enjeu de civilisation et une voie impérative si nous voulons, tous ensemble, relever le défi alimentaire. » Le site Internet de la campagne, www.thinkeatsave.org, fournit des conseils simples à suivre aux consommateurs et aux distributeurs alimentaires, et permettra aux utilisateurs de tenir des engagements relatifs au gaspillage alimentaire. Il propose une plateforme d’échanges d’idées aux personnes impliquées dans les différentes campagnes susmentionnées et favorise une culture globale de consommation durable des aliments.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales