Accueil > actualités reportages > Comprendre > Une enquête de In Extenso Tourisme sur les hôteliers français face à la crise (...)

Une enquête de In Extenso Tourisme sur les hôteliers français face à la crise sanitaire

In Extenso TCH a mené une enquête auprès d’un panel représentatif de plus de 600 hôteliers dans le but de : évaluer leur ressenti concernant l’impact de la pandémie, connaître les actions et comportements adoptés pendant le confinement, et recueillir leurs avis sur les mesures de soutien mises en place par les institutions publiques.

Les investissements des hôteliers pour préparer la reprise

Plus de 75% des répondants ont déclaré avoir fermé leur établissement durant le mois de mars. Mais si les fermetures sont toutes intervenues à la même période (annonce en mars du confinement général), la reprise d’activité ou les prévisions de réouvertures se font en ordre plus dispersé.

Parmi les hôtels restés ouverts durant le confinement (25%) et ceux ayant réouvert à la levée du confinement (63%), près de 40% ont mis en place de nouvelles actions marketing, comme le développement d’offres et promotions tarifaires, l’envoi continu d’e-mailing et newsletters, la création et l’animation des réseaux sociaux ou encore la refonte du site internet.

En parallèle, les hôteliers se sont mis en ordre de marche pour répondre aux nouvelles exigences sanitaires, avec l’obtention de nouveaux labels de sécurité sanitaire et d’hygiène ou l’installation des dispositifs sanitaires. A la réouverture, certains hôteliers ont d’ailleurs préféré opérer en tant que Chambres et Maison d’hôtes compte tenu de la souplesse des normes sanitaires associées à ce statut.

Par ailleurs, 42% des hôteliers ont profité de cette période pour réaliser des travaux de rénovation de leur établissement.

Les hôteliers en forte demande de soutien de la part des pouvoirs publics

Au regard de l’impact économique de la pandémie sur l’activité hôtelière, 72% des professionnels du secteur ont exprimé une attente élevée quant au maintien des mesures de chômages partiels mises en place le gouvernement et prolongées jusqu’à la fin décembre. Le report des échéances fiscales et sociales est également attendu par plus de 62% des participants à l’enquête.

L’attente exprimée est cependant moindre en ce qui concerne l’accélération des procédures de remboursement des crédits d’impôts ou de TVA, puisque 46% n’ont exprimé aucune attente sur le sujet.

Cependant, et face aux différents dispositifs d’aide mis en place par les pouvoirs publics, de nombreux hôteliers auraient souhaité des annulations ou des baisses de charges (loyer, CFE, taxe foncière, cotisations, redevance TV), voire l’instauration de nouvelles mesures comme la baisse de TVA, plutôt que les possibilités de report des procédures de cessation de paiement.

La contraction de nouveaux prêts risque d’alourdir les dettes existantes (avec les Prêts Garanti par l’Etat notamment), les rendant difficilement remboursables si l’activité ne rebondit pas. Les hôteliers pour qui la saison estivale n’aura pas été à la hauteur, également confrontés à la baisse de la fréquentation d’automne et d’hiver, risquent ainsi de se retrouver dans une situation financière compliquée à surmonter. Certains répondants mettent en doute leur capacité à payer leurs charges fixes dont les loyers.



SortirDuPetrole.com

Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales