Accueil > actualités reportages > Produits > Vins bio : une montée en flèche

Vins bio : une montée en flèche

Dans notre pays, le désir de consommer des aliments sains, s’accompagne de l’envie, et du plaisir de boire des vins bio. En effet, le chiffre d’affaires du vin bio - qui représente 10% des ventes de produits alimentaires biologiques - a explosé de 65% sur les cinq dernières années, à 413 millions d’euros.

Le vin bio n’est plus un marché de niche. Selon une étude Ipsos-Sudvinbio, rendue publique à la mi-octobre, leurs ventes représentent désormais 10% de celles des produits alimentaires biologiques dans l’Hexagone, pour un chiffre d’affaires de 413 millions d’euros. Soit une croissance vertigineuse de 15% entre 2011 et 2012 et de 65% depuis 2007. Et ce, malgré un prix à l’achat 25% plus élevé : 8,70 euros en moyenne la bouteille de vin bio, contre 6,90 euros pour une bouteille de vin dit conventionnel. Le tiers des 2001 consommateurs interrogés cet été par Ipsos ont déclaré consommer du vin bio "régulièrement "ou "de temps en temps", tout en étant prêts à dépenser 1,50€ de plus par bouteille en moyenne. Par ailleurs, ces Français indiquent bien entendu être soucieux de l’origine des produits qu’ils consomment, mais également motivés par la défense de leur environnement.

Le vin bio sort de la confidentialité

« D’un marché de niche, le secteur des vins bio est en train de devenir une filière à part entière, se félicite Thierry Duchenne, directeur de Sudvinbio, association qui regroupe l’interprofession des vins biologiques du Languedoc-Roussillon. Par classe d’âges, le vin bio rencontre - sans surprise - un plus grand succès du côté des jeunes. « Ils sont plus sensibles aux arguments écologiques et placent le respect de l’environnement en tête de leurs critères d’achat, au même niveau que l’origine », justifie Thierry Duchenne. Alors que 8% d’entre eux consomment régulièrement du vin classique, 14% sont en revanche adeptes de vin bio. Soit près du double. Les femmes, aussi, se sont petit à petit laissées séduire par ce nouveau produit. La gente féminine représente aujourd’hui 44% des consommateurs de vin bio et 62% déclarent en acheter régulièrement. Des taux bien supérieurs à ceux rencontrés pour le vin classique…Mais, les 41% de consommateurs qui déclarent n’avoir jamais consommé de vin bio l’expliquent notamment par un manque d’information et souhaiteraient être renseignés sur leur lieu de consommation. Les cavistes remplissent ce rôle, certains restaurateurs, mais pas les grandes surfaces.

Une production qui a triplée

En cinq ans, les surfaces viticoles produisant du vin bio ont quasiment triplé et sont passées de 22 509 hectares à 64 800 en 2012 – soit 8,2% du vignoble national -, faisant de la France la deuxième productrice mondiale de vin bio derrière l’Espagne.

Les chiffres indiquent également que c’est en Lorraine, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, en Alsace et en Franche-Comté que les producteurs se sont principalement dirigés vers le bio et la surface de ces exploitations ont dépassées la barre des 10% de la surface totale des régions. Les Français ne semblent en outre pas être les seuls à être séduits par le vin bio. En effet, en 2012, le chiffre d’affaires total du produit des vins exportés a atteint 58 millions d’euros.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales