Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Généralités > Votre hôtel dégaze !

Votre hôtel dégaze !

Voici les molécules que peut émettre votre établissement, en particulier à partir des systèmes de chauffage et de climatisation. D’où l’intérêt de renforcer son efficacité énergétique.

Vous ne le savez peut-être pas (encore), mais votre établissement contribue (malgré vous) à la pollution atmosphérique, même si cela n’est bien sûr pas comparable avec une usine. Il convient donc d’identifier les produits émis et leurs sources, pour voir ensuite ce qu’il est possible de faire pour les limiter.
- Le CO2. C’est l’un des principaux composants de ce que l’on appelle l’effet de serre. Sa concentration est en hausse de plus en plus forte depuis la révolution industrielle. Il est émis par la combustion d’énergies fossiles dans votre chaudière : fioul, gaz naturel, butane, propane, charbon… Il est également émis par la combustion du bois, mais ces émissions sont réputées être compensées par la gestion durable des forêts, celle-ci impliquant que l’on abatte moins d’arbres qu’il n’en pousse.
- Le CO . Il s’agit du monoxyde d’azote. Il est émis avec la combustion incomplète du fioul, charbon, gaz et autre bois dans la chaudière.
- Le SO2. C’est un polluant qui irrité les yeux et les voies respiratoires. Il est en mesure d’acidifier les eaux de pluie. Il est émis par la combustion de produits fossiles, donc par chaudières et appareils de chauffage.
- Les NOx. Il s’agit des oxydes d’azote qui proviennent notamment des voitures, mais aussi des systèmes de chauffage. Ils résultent de l’oxydation de l’azote (de l’air ou du carburant) avec l’oxygène (de l’air ou du carburant). Ils sont odorants, irritent les muqueuses. Ils ont par ailleurs une influence sur la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère ainsi que sur les pluies acides. Provenant notamment de l’agriculture mais aussi de la combustion fossile, le protoxyde d’azote (N20) est un puissant gaz à effet de serre, le 4ème après la vapeur d’eau, le CO2 et le méthane.
- Les halocarbures (ou hydrocarbures halogénés) qui sont des composés synthétiques réalisés par l’homme et absents dans l’environnement à l’état naturel. Ceux qui ont le plus fait parler d’eux sont les CFC (chlorofluorocarbures), également appelés communément fréon. On les trouvait notamment dans les appareils de réfrigération ainsi que dans les aérosols, les solvants, les mousses en plastique. Aujourd’hui interdit pour cause de destruction de l’ozone, on peut néanmoins encore les rencontrer dans le vieux matériel. Si vous désirez vous séparer de ce type de matériel, il faut faire appel à une société qualifiée pour gérer ces CFC, avec des assurances de type Qualiclimafroid, Qualicuisines, Qualibat... Les CFC ont été remplacés par les HFC(hydrofluorocarbures) et les PFC (perfluorocarbures), que l’on trouve également dans les systèmes de climatisation. Néanmoins, si ces molécules ne s’attaquent pas à l’ozone, elles n’en sont pas moins de redoutables gaz à effet de serre, avec des durées de vie très longues. Tout comme le SF6 (hexafluorure de souffre), servant par exemple d’isolant électrique dans les transformateurs.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales