Voir le Menu
Accueil > labels, certification R.S.E > Généralités > Des hôteliers français adoptent le « passeport vert » des Nations-Unies

Des hôteliers français adoptent le « passeport vert » des Nations-Unies

Mis en place par le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE), le « Passeport vert » promeut les vacances, et donc en particulier les hôtels, « durables ». En France, la Loire-Atlantique est le premier département à l’avoir adopté. Il ne devrait pas être le dernier…

Des professionnels de l’hôtellerie font partie des premiers partenaires français du « Passeport vert » des Nations-Unies, outil international faisant figure de levier du développement du tourisme durable. Parmi les 12 signataires de ce programme invitant les touristes à privilégier des vacances plus « responsables » et qui a trouvé ses premiers volontaires en Loire-Atlantique, on trouve l’association des professionnels indépendants de l’industrie hôtelière (APIIH), la Confédération des professionnels indépendants de l’hôtellerie (CPIH), le Syndicat professionnel de l’hôtellerie de plain air ainsi que le Club hôtelier de l’agglomération nantaise. Aux côtés de leurs partenaires (le Parc naturel régional de Brière, Nantes-Métropole, la communauté d’agglomération Cap Atlantique, la Fédération du Pays de Retz-Atlantique, l’Union nationale des association de tourisme, la Fédération départementale des offices de tourisme et syndicats d’intiative, Evea tourisme et le groupe Afnor), ces professionnels ont décidé de signer une charte afin de « s’engager dans un développement durable de leur territoire ou des activités de leurs adhérents ».

Pour être répertorié, il faudra être "labellisés"

Concrètement, les signataires mettront en place des actions pour promouvoir un tourisme plus « durable » et inciter les consommateurs à faire leur choix dans ce sens. Dans la Loire-Atlantique, la promotion du tourisme durable peut prendre la forme d’itinéraires « vélotouristiques », d’hébergements innovants, de la valorisation du Canal de Nantes à Brest et bien sûr d’hôtels estampillés « écologiques ». Le passeport Vert développera ainsi une offre des structures et des services « éco » compatibles dans laquelle le public fera son choix. L’enjeu pour les professionnels, c’est bien sûr de figurer dans cette offre d’avenir. Cependant, pour être répertorié, un hébergeur devra être titulaire d’un label « vert » (Clef verte, Eco label, Green Globe, Iso 14001, Iso 16000) ou d’un label agréé « Qualité tourisme ».

Promotion internationale

Ayant déjà débuté en Outre Mer ainsi que dans des pays comme l’Afrique du Sud, le Costa Rica et l’Equateur, l’initiative mise en place par le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (PNUE) consiste également à fournir aux touristes un passeport Vert fourmillant de conseils et d’astuces pour rendre ses vacances plus « écologiques ». Un site internet www.unep.fr/greenpassport/ relaie en plus l’opération.



Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. | Mail:jfb@hotelseconews.com | ©2015-2022 hotelseconews.com | Mentions légales