Voir le Menu
Accueil > actualités reportages > Initiatives > Un pas vers la transition énergétique pour l’hôtel parisien Le San (...)

Un pas vers la transition énergétique pour l’hôtel parisien Le San Régis

Impacté par la crise sanitaire actuelle du Covid-19 ayant pour conséquence la fermeture de l’établissement depuis le 17 mars, Le San Régis, hôtel parisien 5*, a décidé d’en profiter pour améliorer ses performances énergétiques.

Situé au sein du Triangle d’or de la capitale dans le 8e arrondissement, cet établissement de 42 chambres a fait appel à GEO PLC - Hellio, groupe spécialisé dans l’efficacité énergétique, pour isoler son réseau de chaleur utilisé pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire. Intégralement pris en charge par le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE), ces travaux permettront de réduire les charges de chauffage de l’hôtel, d’améliorer le confort de sa clientèle et de diminuer son impact environnemental.

Calorifugeage des tuyaux d’eau chaude

Le calorifugeage consiste à isoler thermiquement les tuyaux d’eau chaude, avec un isolant dit « calorifuge ». Il concerne exclusivement le réseau de chauffage collectif et d’eau chaude sanitaire situé dans les parties communes et les caves non chauffées. Réalisée en complément du calorifugeage, l’isolation des points singuliers consiste à poser des matelas amovibles de laine minérale revêtus d’un tissu technique sur les parties non calorifugées en chaufferie et sous-station telle que les vannes, les robinets, les réducteurs et les compteurs.

Simples et rapides à mettre en oeuvre, ces travaux se sont déroulés en quatre jours incluant une phase de dépose de l’ancien isolant, l’évacuation des gravats, la mise en place des coquilles isolantes, de l’habillage en PVC et la pose des matelas isolants démontables en chaufferie (pour un accès facile au point par ses scratchs pour la maintenance).

Au total, ce sont 337 mètres linéaires de réseaux de chauffage et 69 points singuliers qui ont été isolés par les équipes d’ERTI, entreprise spécialisée dans les travaux de calorifugeage industriel depuis 1999, pilotée par Hellio.

Des travaux totalement pris en charge

Pour financer ces travaux de rénovation énergétique d’un montant total de plus de 11 000 €, l’Hôtel San Régis bénéficie du dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (dispositif financé par les fournisseurs d’énergie tels que EDF, Engie, Total, Intermarché, Leclerc, etc. dans le cadre de leur obligation de réaliser des économies d’énergie), lui permettant ainsi de ne rien débourser.

« Engager des travaux en temps normal peut être synonyme de contrainte pour les hôteliers avec une perte de clientèle le temps de leur réalisation. Le contexte actuel, et son impact sur le remplissage des structures hôtelières, rendent malheureusement propice la réalisation de chantiers de rénovation énergétique. Ces derniers permettent au secteur de réduire l’impact environnemental, mais également de réduire les charges de fonctionnement que sont les factures d’énergie : un poste de dépense non négligeable pour l’hôtellerie touchée de plein fouet par la crise. Une économie substantielle d’autant que ces travaux réalisés sont financés jusqu’à 100 % via le dispositif des CEE », résume Augustin Bouet, directeur Grands Comptes GEO PLC – Hellio.

Ce premier chantier reste limité et s’est déroulé sur moins d’une semaine mais permet à lui seul d’espérer 10 à 15% d’économies d’énergie sans avoir à débourser le moindre euro. Un début intéressant même si des travaux plus ambitieux nécessiteront par la suite une contribution plus importante du client. Chez Geo PLC Hellio, qui travaille auprès des particuliers comme des entreprises, on souligne que chez ces dernières le taux moyen de subvention pour les travaux est de l’ordre de 30%. Au-delà des enjeux écologiques, l’enjeu financier reste de taille : la consommation énergétique moyenne d’un hôtel est de 241 kWh / m² / an, soit une facture d’énergie moyenne de 21,6 € /m² /an.

Le San Régis ne compte pas en rester là. Après le traitement de l’eau chaude, d’autres travaux d’efficacité énergétique sont envisagés à plus long terme, comme l’isolation du réseau hydraulique d’eau glacée.

« Notre objectif à terme est triple : améliorer notre impact environnemental, réduire nos coûts d’exploitation et offrir clarté et transparence à nos clients par l’obtention d’un label ou même d’une étiquette environnementale », conclut Zeina Georges, responsable des relations publiques.

L’hôtel espère rouvrir ses portes en février 2021.



Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales