Voir le Menu
Accueil > actualités reportages > Initiatives > Le Futuroscope recycle l’urine de ses visiteurs pour une alternative aux (...)

Le Futuroscope recycle l’urine de ses visiteurs pour une alternative aux engrais chimiques

Depuis juillet 2021, le Futuroscope expérimente le recyclage de l’urine humaine en partenariat avec Toopi Organics, une start-up girondine qui fabrique des biostimulants agricoles issus d’urine humaine fermentée. Cette démarche éco-responsable, pilotée au Futuroscope en partenariat avec la société de propreté GSF Athéna, va se généraliser progressivement sur l’ensemble du Parc.

Engagé dans une démarche volontariste en matière de développement durable et de transition écologique, le Futuroscope s’est rapproché de la start-up Toopi Organics à l’initiative de la société de propreté GSF Athéna pour réduire la consommation d’eau potable aux sanitaires et recycler l’urine de ses visiteurs. Fondées sur l’usage d’urinoirs sans chasse d’eau, ces toilettes « vertes » permettent d’économiser 3 litres d’eau potable à chaque passage. Les urines récoltées sont immédiatement stabilisées pour un stockage sans odeur, puis transportées chez Toopi Organics pour transformation. A ce jour, quatre blocs sanitaires équipés d’urinoirs masculins sont aménagés pour le recyclage d’urine. Le bon déroulement de la collecte de l’urine a été garanti sur le terrain par les équipes de la société GSF. Depuis juillet 2021, ce sont déjà 23 000 litres d’urine qui ont été collectés au Futuroscope, soit plus de 275 000 litres d’eau potable économisés. Dans les 3 ans à venir, le Parc compte collecter l’urine dans la totalité des sanitaires.

L’objectif ciblé : remplacer une partie des engrais chimiques dans l’agriculture

La particularité de Toopi Organics réside dans son procédé de transformation de l’urine humaine. Filtrée, supplémentée en sucre, l’urine est inoculée avec des bactéries d’intérêt agronomique et fermentée pendant 48h à 72h, afin d’obtenir un biostimulant microbien très concentré. Le premier biostimulant urino-sourcé de Toopi Organics, Lactopi Start, vient d’être autorisé dans six pays européens. Testé sur plus de dix types de cultures au cours de plus de quarante essais agronomiques, le Lactopi Start permet de réduire la consommation d’engrais de synthèse de 50% en maintenant les rendements agricoles, baissant ainsi les coûts de fertilisation de 37%.

Avec ces nouveaux produits urino-sourcés, Toopi Organics entend fournir aux agriculteurs une alternative écologique aux engrais de synthèse, avec un rapport coût/efficacité très compétitif. La startup veut commercialiser plus de deux millions de litres de biostimulants à base d’urine humaine en 2027, en s’appuyant sur un réseau de collecte étendu, comprenant des sites à forte fréquentation comme le Futuroscope, des festivals de musique et des aires d’autoroute.



Hotels Econews- 7 rue PRESCHEZ, 92210 Saint-Cloud. | Mail:jfb@hotelseconews.com | ©2015-2024 hotelseconews.com | Mentions légales