Voir le Menu
Accueil > actualités reportages > Comprendre > Un plan mondial pour financer les objectifs de développement durable des (...)

Un plan mondial pour financer les objectifs de développement durable des Nations Unies est nécessaire d’urgence, selon le nouveau rapport du SDSN

Aujourd’hui le Réseau de Solution pour le Développement Durable (SDSN) a publié le Rapport mondial sur le Développement Durable, qui présente l’indice et les visualisations interactives documentant les progrès réalisés vers les Objectifs de Développement Durable (ODD). Le rapport montre que les crises internationales, multiples et simultanées, ont stoppé les progrès vers les objectifs globaux adoptés par tous les pays membres de l’ONU (Organisation des Nations Unies) lors du sommet historique de 2015.

Pour la deuxième année consécutive, le monde ne réalise plus de progrès vers les ODD.

Les multiples crises simultanées dans les champs sanitaire, climatique, de la biodiversité, géopolitique et militaire représentent des contretemps majeurs pour le développement durable à l’échelle mondiale.

« Cinquante ans après la première Conférence des Nations Unies sur l’environnement qui s’est tenue à Stockholm en 1972, nous avons plus que jamais besoin des principes fondamentaux des ODD d’inclusion sociale, d’énergie propre, de consommation responsable et d’accès universel aux services publics pour répondre aux défis majeurs de notre temps. Les pays pauvres et vulnérables sont tout particulièrement frappés par de multiples crises sanitaires, géopolitiques et climatiques et par leurs retombées internationales. Afin de rétablir et d’accélérer les progrès vers les ODD, nous avons besoin d’une coopération mondiale pour mettre fin à la pandémie, négocier la fin de la guerre en Ukraine et assurer le financement nécessaire pour atteindre les ODD », déclare le Professeur Jeffrey D. Sachs, Président du SDSN et premier auteur du rapport. L’indice ODD moyen au niveau mondial a légèrement diminué en 2021 pour la deuxième année consécutive, en raison de l’impact de la pandémie sur l’ODD 1 (Pas de pauvreté) et sur l’ODD 8 (Travail décent et croissance économique), et à cause d’une faible performance dans les ODD 11 à 15 (les objectifs concernant le climat, la biodiversité et le développement urbain durable). En plus de leurs coûts humanitaires très lourds, les conflits militaires – y compris la guerre en Ukraine – provoquent des retombées considérables à l’international pour la sécurité alimentaire et les prix de l’énergie, qui sont amplifiées par la crise climatique et la crise de la biodiversité. Ces conflits nous empêchent de surcroît de penser et d’investir à long-terme. La paix, la diplomatie et la coopération internationale sont des conditions fondamentales pour permettre au monde de progresser vers les ODD d’ici 2030 et au-delà.

La Finlande arrive en tête du classement de l’indice ODD 2022 et est suivie par trois pays nordiques – le Danemark, la Suède et la Norvège – tous les pays du top 10 de l’indice 2022 étant des pays Européens. Malgré leur score, même ces pays sont confrontés à des défis considérables pour atteindre certains ODD. Dans l’ensemble, l’Asie de l’Est et du Sud est la région qui a le plus progressé sur les ODD depuis leur adoption en 2015. Les deux pays ayant réalisé le plus de progrès dans les ODD depuis 2015 sont le Bangladesh et le Cambodge. À l’inverse, le Venezuela est le pays qui a le plus régressé sur l’indice ODD depuis l’adoption des objectifs en 2015.

La France se place au 7e rang

La France se classe 7e sur 163 pays inclus dans le classement ODD mondial 2022. Comparé avec le reste du monde, la France performe relativement bien sur les objectifs socio-économiques, incluant l’ODD 1 (Pas de pauvreté), l’ODD 5 (Equilibre entre les sexes) et en matière d’accès aux services publics (santé, numérique, énergie) malgré des inégalités persistantes notamment dans le domaine de l’éducation. En revanche, comme d’autres pays de l’OCDE, la France obtient ses pires résultats sur les ODD 12 (Consommation et production responsable) et l’ODD 13 (Lutte contre le changement climatique). Ces résultats sont tirés vers le bas, notamment en raison d’externalités négatives générées par la consommation en France sur le reste du monde. La France se classe 154e sur 163 pays dans le classement des externalités négatives. En matière d’effort pour intégrer les ODD dans ses stratégies et les pratiques du secteur public, la France est dans la catégorie « Engagement faible », bien en dessous des pays nordiques et d’autres pays du G20 (Allemagne, Argentine, Autriche, Japon et Mexique) mais au-dessus du Brésil, des Etats-Unis et de la Russie.

Le besoin urgent d’un plan mondial pour financer le développement durable. Fondamentalement, les ODD sont un agenda d’investissement dans les infrastructures physiques (y compris les énergies renouvelables et les technologies numériques) et dans le capital humain (y compris la santé et l’éducation). Et pourtant, l’accès aux marchés pour se financer à un coût acceptable est encore limité pour la moitié la plus pauvre de la planète. Les pays pauvres et vulnérables ont été durement frappés par des crises multiples et leurs répercussions internationales. Les pressions croissantes sur les budgets, les dépenses militaires grandissantes et certains changements majeurs de priorités stratégiques, notamment en Europe, pourraient comprimer les fonds disponibles pour soutenir le développement durable à l’échelle globale.

Dans un tel contexte, le rapport propose un plan en cinq parties pour financer les ODD mondialement. Le rapport souligne le rôle essentiel du G20, du Fonds Monétaire International (FMI) et des Banques Multilatérales de Développement (BMD) pour amplifier le financement des ODD dans le monde.

À mi-chemin vers 2030, l’intégration des ODD dans les processus de politiques publiques, dans les régulations, les budgets, les systèmes de suivi des performances et autres politiques et procédures gouvernementales varie encore grandement entre pays. Parmi les membres du G20, les Etats-Unis, le Brésil et la Fédération de Russie sont les pays démontrant le moins de soutien à l’agenda 2030 et aux ODD. À l’inverse, les pays nordiques manifestent un soutien relativement important aux ODD, tout comme l’Argentine, l’Allemagne, le Japon et le Mexique (qui sont tous membres du G20). Certains pays, comme le Bénin et le Nigéria par exemple, pâtissent d’écarts importants dans leur indice ODD mais enregistrent des scores relativement forts concernant leurs efforts politiques pour les ODD. Il est intéressant de noter que le Bénin et le Mexique ont tous deux émis des obligations internationales dédiées au financement des ODD afin d’augmenter leurs investissements pour le développement durable.

Pour la seconde fois depuis l’adoption des objectifs en 2015, les Etats membres de l’ONU se réuniront en septembre 2023 dans les coulisses de l’Assemblée Générale des Nations Unies pour le Sommet ODD pour définir ensemble les priorités pour restaurer et accélérer les progrès dans les ODD d’ici 2030 et au-delà. Il est crucial de mettre en place des cibles, stratégies et plans d’actions au niveau national, qui soient à la fois sains et ambitieux, si l’on veut convertir les ODD en un plan d’actions.

- Autres conclusions du Rapport sur le Développement Durable 2022 :

• Les pays à hauts revenus génèrent des répercussions internationales négatives notamment à cause d’une consommation insoutenable. L’indice 2022 des retombées internationales présenté dans ce rapport souligne comment les pays riches génèrent ces retombées socioéconomiques et environnementales négatives, notamment à travers leur commerce et leurs chaînes de valeur non-durables.

• Les innovations et nouveaux partenariats qui ont émergé pendant la pandémie de COVID-19, y compris concernant la coopération scientifique et l’échange de données, devraient être étendus pour soutenir les ODD. La science, les innovations technologiques et les systèmes de données peuvent aider à identifier des solutions en temps de crise et livrent des contributions décisives pour répondre aux défis majeurs de notre temps. Ces éléments appellent à des investissements accrus et prolongés dans le renforcement des capacités statistiques, la R&D, l’éducation et les connaissances en général.

Depuis 2015, le Rapport sur le Développement Durable fournit les données les plus récentes pour suivre et classer les performances de tous les Etats membres de l’ONU sur les ODD. Ce rapport a été rédigé par un groupe d’experts indépendants au sein du Réseau des Solutions de Développement Durable des Nations Unies (SDSN), mené par son président, le Professeur Jeffrey Sachs. Le rapport est produit par SDSN, publié par Cambridge University Press, et cofinancé par Bertelsmann Stiftung.

Rapport téléchargeable : https://www.sdgindex.org



Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. | Mail:jfb@hotelseconews.com | ©2015-2022 hotelseconews.com | Mentions légales