Accueil > actualités reportages > Initiatives > Dématérialisation titres restaurant : les émetteurs satisfaits

Dématérialisation titres restaurant : les émetteurs satisfaits

Les émetteurs des titres restaurant se sont félicités mercredi de la "progression" vers la mise en place d’une réglementation pour la dématérialisation des titres restaurant.

Après l’annonce du gouvernement du remplacement à venir de ces titres papier par des cartes rechargeables ou des applications téléphoniques. "La concertation, entamée fin 2012, progresse et cela devrait se terminer par la rédaction d’un décret permettant d’adapter le texte pour le dématérialisation, d’ici la fin de l’année 2013", a expliqué Catherine Coupet, directrice générale du groupe Chèque déjeuner.

C’est "une bonne chose que cela entre dans la loi de simplification", mais "cela ne suffit pas, il reste des questions d’usage du quotidien comme savoir si l’on peut utiliser la carte tous les jours ou non et également un encadrement du contrôle du réseau, afin d’éviter que cette carte soit utilisée pour acheter des cigarettes par exemple", a insisté Mme Coupet. Elle a précisé que "3,3 millions de personnes bénéficient du dispositif social que représente les titres restaurant".

Pour Anna Notarianni, directrice générale de Sodexo Services Avantages et Récompenses France, "tant que ces points d’usage et de sécurité ne sont pas arbitrés, la réglementation ne sera pas effective. Nous devons savoir si nous pouvons utiliser cette carte avec un plafond quotidien ou pas, savoir si l’on peut payer au centime près etc.", a-t-elle souligné.

Pour Roland Héguy, président de l’Umih, la dématérialisation "permettra surtout pour les professionnels un traitement plus simple et surtout plus rapide des titres. Les commissions ad hoc payées par les restaurateurs aux sociétés émettrices des titres diminueront inévitablement", a-t-il rappelé.

Selon Bercy, "la dématérialisation des titres restaurant simplifie leur utilisation, tout en diminuant les coûts pour l’ensemble des utilisateurs". Ces titres "peuvent circuler sous forme dématérialisée (cartes, terminaux téléphoniques...)", précise Bercy dans une brochure sur les mesures de simplification, rappelant que 120.000 entreprises sont concernées.

Les éléments du décret "ont été présentés aux acteurs hier (mardi). Le projet de texte leur a été transmis, on attend leurs réactions. L’idée c’est que ce soit transmis au Conseil d’Etat à la rentrée", a poursuivi Bercy, précisant que "ce n’est pas une obligation. En pratique celui qui décide c’est le DRH".

"L’ensemble des parties y gagne. Il s’agit d’une réelle simplification administrative pour les usagers, également pour les restaurateurs qui seront remboursés sous 48 heures" (contre environ 30 jours aujourd’hui, ndlr), a ajouté Laurent Delmas, directeur général Edenred France.

Serge Ragozin, directeur général de Moneo Applicam, société qui a lancé en mars des titres restaurant dématérialisés, a lui salué "une formidable nouvelle. C’est l’aboutissement d’un long travail, avec des réunions qui ont fait prendre conscience que la dématérialisation est une démarche innovante, simple, économique et sécurisée", a-t-il affirmé.

Moneo Resto a signé mardi un partenariat avec Agapes Restauration (Flunch, Les 3 brasseurs, Pizza Paï...) pour ses 500 restaurants mais aussi avec l’Umih, principale organisation patronale de l’hôtellerie ou encore Cojean.

Depuis plus de quarante ans, quatre acteurs —Edenred (Ticket Restaurant), Sodexo (Chèque Restaurant), Chèque Déjeuner et Natixis (Chèque de Table)— se partagent ce marché de 5 milliards d’euros.

D’après AFP



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales