Accueil > actualités reportages > La vie des hotels > L’ONU reconnaît l’importance du tourisme pour le développement (...)

L’ONU reconnaît l’importance du tourisme pour le développement durable

Tourisme et développement durable sont intimement liés, estime l’ONU qui a adopté trois résolutions en leur faveur. Au programme : code mondial d’éthique, promotion de l’écotourisme pour éliminer la pauvreté, développement « soutenable » des petits états insulaires.

Lors de leur dernière assemblée générale, les Nations-Unies ont adopté trois textes qui confirment une nouvelle fois l’importance du tourisme dans le développement durable. Elles insistent notamment sur l’importance de ce secteur « dans les programmes de développement, que ce soit en termes de viabilité, de création d’emplois ou d’élimination de la pauvreté ». Il est pour elles nécessaire de « promouvoir le développement du tourisme durable et d’augmenter pour les communautés hôtes les profits qu’il engendre tout en maintenant leur intégrité culturelle et environnementale et en renforçant la protection des zones écologiquement sensibles et les patrimoines naturels ». Leurs résolutions reconnaissent également « les efforts déployés et le travail accompli par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) pour « promouvoir le tourisme durable » ou encore pour appliquer le Code mondial d’éthique dans lequel s’engagent de plus en plus d’états.

Code mondial d’éthique : minimiser l’impact négatif du tourisme sur la nature

Les états et les acteurs du tourisme qui ne l’ont pas encore fait, en particulier le secteur privé, sont pour leur part invités à « inscrire les principes du Code mondial d’éthique du tourisme dans leur législation, leurs pratiques professionnelles et leurs code de conduite ». Ce Code mondial d’éthique du tourisme est défini comme « un instrument non contraignant qui fixe un cadre de références pour le développement durable et responsable du tourisme dans le monde. Il a pour but de donner aux différents acteurs de ce secteur des orientations pour développer le tourisme, son objectif étant de minimiser l’impact négatif du tourisme sur la nature, le patrimoine culturel et les communautés locales tout en en optimisant les profits par la promotion du développement durable et la réduction de la pauvreté ».

L’écotourisme pour éliminer la pauvreté

En adoptant la résolution sur la « Promotion de l’écotourisme aux fins de l’élimination de la pauvreté et de la protection de l’environnement », l’Assemblée générale encourage les états membres à « favoriser les investissements dans l’écotourisme et demande au système des Nations Unies de promouvoir l’écotourisme ». Cette résolution reconnaît que « l’écotourisme peut avoir des impacts positifs sur la création de revenus et d’emplois, ainsi que sur l’éducation, pouvant de cette façon être un moyen de lutter contre la pauvreté et la faim et de contribuer directement à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement ». Elle signale également que l’écotourisme offre des « possibilités importantes de préservation, de protection et d’utilisation durable des zones naturelles en encourageant les communautés autochtones des pays hôtes tout comme les touristes à préserver et à respecter le patrimoine naturel et culturel ».

Petits états insulaires et viabilité du tourisme

Enfin, le texte sur le développement durable des petits états insulaires en développement (PEID) note que « pour la plupart d’entre eux, le tourisme contribue largement à la création d’emplois, à l’entrée de devises et à leur croissance économique ». Estimant que les changements climatiques pourraient compromettre la viabilité du tourisme dans les îles et archipel, l’Assemblée encourage l’organisation mondiale du tourisme et tous les autres acteurs à « soutenir le développement et la mise en œuvre par les PEID des mesures prises pour promouvoir le tourisme durable ». L’Organisation internationale du tourisme (OMT) s’est bien sûr félicitée de ces trois résolutions « qui placent le curseur sur le rôle du tourisme dans le développement durable ».



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales