Accueil > actualités reportages > Initiatives > Leonardo DiCaprio investit dans l’hôtellerie éco-responsable

Leonardo DiCaprio investit dans l’hôtellerie éco-responsable

L’acteur américain Leonardo DiCa­prio, très engagé pour l’écologie a été nommé l’année dernière "messa­­ger de la paix pour le climat de l’ONU". Il est en charge depuis lors de la lutte contre le réchauffement climatique. Du côté privé, cet engagement va se concrétiser par la naissance d’un complexe hôte­lier 100% éco-respon­sable sur l’île de Blacka­dore Caye, située au large de Belize, dans les Caraïbes.

Leonardo DiCaprio veut sauver l’île privée qu’il possède au large de la côte du Belize en la transformant en un complexe écologique luxueux, qui doit ouvrir ses portes en 2018, avec notamment des abris pour les lamantins et des récifs artificiels. Afin de mener à bien son projet il s’est s’associé avec un promoteur basé à New York pour construire ce complexe touristique sur son île de 42 hectares.

Allier plaisir et respect de l’environnement

Outre des résidences et des piscines à débordement, on trouvera sur le complexe des habitats pour les poissons et les lamantins, une pépinière pour repeupler la faune océanique et des forêts de mangrove fraîchement ensemencées. L’île, appelée Blackadore Caye, a souffert pendant des années de la surpêche, d’une déperdition de la ligne côtière et de la déforestation. Le projet consiste également à restaurer l’écosystème de l’île. La surface construite du complexe hôte­lier sera limitée à 65% de la surface totale du complexe hôtelier. Les travaux prévoient la construc­tion de zones de conser­va­tion (à 45%) avec l’installation d’une longue plateforme sur l’eau, comprenant des abris pour les poissons et coraux, des panneaux solaires et une pépinière afin de faire pousser de l’herbier marin. Les plans du futur complexe ont été confiés à l’architecte Jason F. McLennan, connu pour son engagement écologique. L’île devrait être capable de produire son eau potable et son énergie. Les clients ne pourront rappor­ter sur l’île que des produits écologiques (les bouteilles en plastiques seront par exemple interdites) et devront suivre à leur arrivée une forma­tion à l’écolo­gie. Des confé­rences sur le réchauf­fe­ment clima­tique et ses dangers seront également proposées. Par ailleurs, l’acteur veut y imposer le déve­lop­pe­ment durable et le bio dans la restau­ra­tion. Ainsi, l’acteur veut "créer quelque chose qui ne soit pas uniquement écologique, mais aussi réparateur". Il a assuré qu’une équipe de scientifiques, d’ingénieurs et de paysagistes s’occuperaient d’étudier les bienfaits du projet sur l’écosystème. "Belize est vrai­ment unique. Elle a la deuxième plus grande barrière de corail au monde, une immense biodi­ver­sité sous-marine. Ici, il y a aussi un héri­tage cultu­rel et des temples construits par les Mayas. (...) La prio­rité est de faire quelque chose qui chan­gera le monde.(...) Je n’au­rais pas pu le faire si ce projet n’était pas une inno­va­tion en terme d’éco­lo­gie", a expliqué Leonardo DiCaprio.

Un réel engagement

DiCaprio a acheté Blackadore Caye en 2005 au prix de 1,75 millions de dollars (1,6 millions d’euros). Il avait d’abord conclu un accord avec la chaîne hôtelière haut de gamme Four Seasons pour développer un complexe, mais l’accord est finalement tombé à l’eau. Le complexe comprendra 68 villas construites sur une plate-forme en arc de cercle sur la mer avec des habitats dans les récifs situés en dessous d’elle. Les développeurs construiront également une cinquantaine de villas privées sur l’île. Le penchant de l’acteur pour le monde naturel est bien documenté. Le mois dernier, il a fait don de 50 000$ au projet Kickstarter pour amasser des fonds pour un documentaire sur les baleines. Il a également été nominé pour un Oscar pour son travail sur la production du documentaire Virunga, qui raconte l’histoire d’écologistes tentant de sauver les gorilles de montagne en République démocratique du Congo. Il a en effet créé sa "Leonardo Fondation" en 1997, et a également produit un documentaire, "The 11th Hour", qui présente la lutte contre le réchauffement climatique comme le challenge numéro un dans la défense de l’environnement. Et dans sa vie privée, Léonardo a notamment choisi de rouler en vélo et voiture hybride, d’équiper le toit de sa maison de panneaux solaires et de remplir son frigo avec des produits bio. Son implication écologique est aujourd’hui reconnue de tous.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales