Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Généralités > Linky & Gazpar : les compteurs intelligents sur les rails

Linky & Gazpar : les compteurs intelligents sur les rails

Demain, vos compteurs d’électricité et de gaz seront intelligents. À la différence des compteurs électromécaniques ou électroniques d’aujourd’hui, ils ne nécessiteront plus l’intervention de techniciens pour la mise en service, les relevés ou la modification du niveau de puissance électrique.

Les futurs compteurs communiqueront par le biais d’ondes radio vers un concentrateur, lui-même relié au système d’information des opérateurs d’énergie. Toutes les interventions pourront ainsi se faire à distance, de même que la transmission des données de consommation. À l’heure actuelle, c’est dans l’électricité que les compteurs intelligents sont le plus développés. Le déploiement a pu commencer en France à la faveur d’un contexte européen favorable dès 2009, avec notamment une directive qui impose aux États Membres de favoriser la mise en place de dispositifs de "comptage évolué". Le but est d’équiper environ 80% du réseau d’ici 2020, soit 35 millions de compteurs. Aussi, dès 2011, deux projets pilotes ont été lancés, dans les régions de Lyon et de Tours.

C’est à ce moment là que les compteurs Linky, dont le nom nous est de plus en plus familier, ont été choisis. Les retours des pilotes se révélant concluants, la généralisation de ces compteurs a été conclue en 2013. La première phase de cette généralisation est attendue pour cette année 2015, avec 3 millions de compteurs. Au total, le coût estimé de la généralisation est d’environ 5 milliards d’euros, répartis à 40% pour le matériel, 45% pour la pose, le reste étant destiné aux systèmes numériques.

Gaz : Gazpar

Au niveau du gaz, 4 projets pilotes vont être lancés entre 2015 et 2016. Lors des expérimentations, la technique de la transmission des données par radiofréquence a été retenue, le nom du compteur de gaz intelligent qui sera utilisé est Gazpar. Le déploiement de ces compteurs est donc plus avancé dans l’électricité que dans le gaz, mais les objectifs, sont similaires, avec 90% du réseau de gaz équipé d’ici 2021, soit 11 millions de compteurs. La structure des coûts est assez similaire à celle des compteurs électriques intelligents.

Un changement de technologie

Cette nouvelle technologie va remettre les personnes, à savoir les consommateurs et les techniciens, au cœur de la réflexion. Ainsi, les compteurs intelligents doivent être vus comme une nouvelle source d’emplois. En effet, les compteurs Linky à eux seuls devraient mobiliser environ 5000 personnes dans la conception et la fabrication du matériel, et 5000 autres dans la pose, avec différents niveaux de qualification des emplois induits.

Au niveau du consommateur également, les bénéfices sont indéniables. Le premier avantage est d’être facturé sur une consommation réelle, et non pas sur une estimation réalisée à la base de relevés semestriels. Avec cette facturation au réel, ainsi que la possibilité de surveiller en ligne l’évolution de sa consommation, (et même sur son smartphone, appareil familier s’il en est) le lien entre la consommation d’énergie et l’utilisateur est personnalisé. Cela lui fait prendre conscience des économies qu’il pourrait réaliser, donnant ainsi des incitations à changer ses habitudes. Le problème de la sécurisation des données se pose, et le travail est en cours sur ce point.

Globalement, il ressort des expériences existantes dans d’autres pays, ainsi que des projets pilotes en France que ces compteurs permettraient de réaliser entre 1,5 et 2% d’économies d’énergie. Le chiffre peut paraître faible, mais agrégé à l’échelle d’un pays ou d’un continent, le potentiel d’économies est important, d’autant que plus les consommateurs seront familiarisés avec ces compteurs, plus ils adopteront les bons gestes.



Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales