Accueil > Installations et fournitures > Généralités > Peut-être la fin des ampoules halogènes dès 2016 ?

Peut-être la fin des ampoules halogènes dès 2016 ?

Le 31 décembre 2012 a marqué la fin de l’ampoule à filament qui a régné pendant près de 140 ans. Aujourd’hui, la commission européenne a décidé qu’en 2016, il serait interdit de commercialiser des lampes éco-halogènes, trop gourmandes en énergie.

Après la fin de la commercialisation des ampoules à filament de 100 W et 75 W à l’automne 2010, les consommateurs se sont tournés naturellement vers les fluocompactes, qui ont fait l’objet d’une importante campagne médiatique, à l’époque du Grenelle de l’environnement. Cette transition soutenue par la convention entre distributeurs et autorité pour la promotion des lampes fluocompactes a pu également compter sur le concours d’EDF, qui a déployé de gros efforts sur le terrain de la communication jusqu’à fin 2010.

Une lente désaffection des consommateurs

Les rayons ont alors commencé à être inondés de multitudes de formes et de design, créant une certaine confusion dans l’esprit des consommateurs habitués, jusque-là, à s’équiper en modèles incandescents aux lignes d’une grande simplicité. La trop longue durée de temps de chauffe de cette technologie et les multiples polémiques médicales ont aussi fini par les perturber, en dépit de leurs indéniables atouts en matières de qualité de lumière délivrée et d’économie d’énergie. Sans oublier la durée de vie parfois trompeuse annoncée sur certains étiquetages. Autre facteur de déclin des CFL (Compactes Fluorescentes) : leur difficulté à intégrer la filière du recyclage en raison de mercure dans leur composition.

Les ampoules halogènes prennent le relais

Dès le début de l’année 2012, la part des fluocompactes sur le marché des ampoules est en déclin. Boudant de plus en plus ces ampoules, les consommateurs regardèrent vers les éco-halogènes qui ont représenté encore l’année dernière, la moitié des achats de ces équipements. De plus, ressemblant à nos ampoules à filament, elles livrent un allumage instantané et une excellente qualité de lumière, pour une économie d’énergie de 20 et 30 %, par rapport aux modèles à incandescence.

Place aux LEDs pour l’avenir

Quant aux LEDs, elles sont encore perçues comme trop chères, alors que leurs prix ont baissé de 50% en deux ans. Forte d’une plus ou moins longue durée de vie selon les modèles, et pour une consommation d’énergie 90 % inférieure à celle des lampes à incandescence, l’ampoule à LEDs voit s’ouvrir un avenir radieux. Il y a deux ans, on pouvait se procurer un modèle en 2 W pour 10 €. Aujourd’hui, en déboursant cette même somme, le consommateur peut acheter un modèle jusqu’à 4 W. Les LEDs restent certes une technologie nouvelle qui demande encore à être apprivoisée par le client, mais au final, elle sera bel et bien la solution d’avenir.

Résistance chez les fabricants

Pour se donner plus de temps, les industriels ont demandé un report de quatre ans de l’échéance de 2016. La France a opté pour un report à 2018 du retrait du marché des ampoules éco-halogènes, qui représentent encore 50% des ampoules achetées par les consommateurs. Le syndicat de l’éclairage, qui regroupe 53 fabricants de matériels d’éclairage et 51 unités de productions en France, réclamait à l’origine un report jusqu’à 2020. Quant à l’Allemagne elle envisage aussi une date ultérieure et propose 2020.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales