Accueil > actualités reportages > Initiatives > Slow Food : lancement de la campagne mondiale "Meat the Change"

Slow Food : lancement de la campagne mondiale "Meat the Change"

L’objectif de cette campagne est de transformer les habitudes alimentaires des personnes, ainsi que réduire leur consommation de viande, pour l’environnement et leur santé, mais aussi de soutenir les éleveurs travaillant en harmonie avec la nature, respectant les animaux et les écosystèmes.

Slow Food a lancé la campagne "Meat the Change", dans le but d’atteindre les consommateurs du monde entier, grâce à son réseau de militants dans 160 pays et le soutien des diverses branches de son organisation. L’objectif de la campagne est d’atteindre un maximum d’individus et les encourager à réfléchir aux conséquences de leurs choix alimentaires.

Êtes-vous Slow ? Est le titre d’un quiz sur les habitudes alimentaires, qui encourage les utilisateurs des réseaux sociaux à répondre à quelques questions simples comme "Quelle quantité de viande mangez-vous chaque semaine ?" ou "Sur quels critères achetez-vous votre viande ?" Suivant leur score final, ces derniers seront classés plus ou moins "slow" et recevront des conseils personnalisés pour améliorer leurs habitudes de consommation de viande.

Que signifie "être plus Slow" ?

Cela signifie manger moins de viande, mais de meilleure qualité. Une agriculture durable garantit une viande de qualité, car elle privilégie le bien-être des animaux en les laissant libres de leurs mouvements dans les pâturages et en leur fournissant du fourrage naturel. On peut donc dire que "vivre ou être Slow", c’est avoir un impact réduit sur l’environnement. L’élevage durable contribue à la réduction de la déforestation, de l’utilisation des sols et de la désertification. Il permet de protéger la biodiversité et d’améliorer la fertilité des sols. Un nombre restreint d’animaux, s’ils sont élevés dans la nature, a un impact moindre sur le climat. En ce sens, l’invitation de cette campagne tend à promouvoir un mode de vie écologique, à commencer par une juste consommation de viande.

De nombreuses études et enquêtes sur la consommation de viande issue de l’élevage intensif, s’appuyant sur un modèle industriel, ont démontré qu’elle présente un problème grave. D’après la FAO, avec 14,5 % d’émissions totales de gaz à effet de serre, le secteur est une source importante de pollution, tandis qu’un tiers des terres mondiales cultivées sont destinées à la production de milliards de tonnes de fourrage, principalement des monocultures de soja et de maïs. Tout cela sans même mentionner les ressources en eau : 23 % de l’eau fraîche disponible sur la planète alimente cette industrie. Ces fermes ont également un impact fort sur les écosystèmes en raison de la pollution entraînée par les déjections et émissions de méthane des animaux. Autre inconvénient majeur, les animaux sont vus comme de simples producteurs de viande, sans aucune considération pour leur bien-être et leurs conditions de vie pénibles.

En résulte la production d’une viande peu chère et de mauvaise qualité qui nuit à la santé publique via une résistance microbienne croissante et l’augmentation des cancers et maladies cardiovasculaires. Si la consommation mondiale de viande double entre aujourd’hui et 2050 (comme le prédit la FAO), passant de 250 millions à 500 millions de tonnes chaque année, le système s’effondrera.

« Le modèle agricole industriel nous contraint à essuyer des coûts environnementaux et sociaux insupportables. Nous devons repenser notre consommation pour imaginer un avenir meilleur et les choix des consommateurs sont cruciaux pour influencer et diriger la demande sur le marché. La solution ne consiste toutefois pas à nous priver de viande, car un élevage vertueux, bon pour l’environnement et les animaux, est essentiel à une agriculture vivante et une viande de qualité. C’est pourquoi nous devons soutenir ceux qui pratiquent un élevage durable, entretenant souvent des zones reculées et préservant la biodiversité, comme les nombreux exploitants qui élèvent des races locales, commente Ursula Hudson, membre du Comité exécutif international de Slow Food. La campagne s’appelle "Meat the Change" (Meat, la viande et l’expression To meet the change, signifiant opérer un changement). Ce jeu de mots nous invite donc à consommer une autre viande et à accepter le changement. Par des choix de consommation plus réfléchis, nous pouvons de toute évidence agir. »

La campagne "Meat the Change" agit en collaboration avec Meatless Monday, une initiative à but non lucratif dont l’objectif est de réduire la consommation de viande de 15 %, pour la santé des individus et celle de la planète.

https://www.fondazioneslowfood.com/...



Emplois hôteliers

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales